You are currently viewing Série : Le legs d’Action française ; rubrique 8 : Boutang : la « légitimité » revisitée et l’antisémitisme abandonné

Série : Le legs d’Action française ; rubrique 8 : Boutang : la « légitimité » revisitée et l’antisémitisme abandonné

Par GÉrard LECLERC

Une erreur de publication a fait que cette rubrique numéro huit a été « omise » au profit de la rubrique numéro neuf concernant l’influence de Pierre Debray sur la pensée d’Action française. Que l’on n’aille pas croire que nous avons voulu censurer Gérard Leclerc et effacer des mémoires, le rôle qu’a joué Pierre Boutang dans l’histoire de notre mouvement. Nous sommes fiers que les plus grands intellectuels du vingtième siècle aient marqué de leur emprunte la vie de l’A F. A présent l’ordre est restauré.

Voici donc la huitième rubrique de Gérard Leclerc sur « Le legs de l’Action française ». On y découvre cet héritier majeur que fut Pierre Boutang qui se sépara de la « vieille maison » pour finalement se réconcilier avec elle au moment du grand renouveau militant des années 1990.

Gérard Leclerc insiste sur l’apport doctrinal de Boutang concernant le concept de « légitimité » ainsi que sur son abandon de l’antisémitisme, comme avant lui Henri Lagrange sur le Front en 1915 ou Léon Daudet à la fin des années 1930. Boutang ira même jusqu’au sionisme.

Ceux qui voudront approfondir la personnalité et l’œuvre de Pierre Boutang devront se procurer l’indispensable ouvrage d’Axel Tisserand Pierre Boutang (Éditions Pardès, coll. Qui suis-je ? 2018). Ceux qui souhaiteront approfondir la passage au sionisme de Pierre Boutang devront lire La Guerre de six jours, présenté par Michaël Bar-Zvi et Olivier Véron, (Les provinciales, collection « Israël et la France», 2011). (ndlr)

.

Même s’il y a lieu de mettre des nuances, Pierre Boutang, après la Libération, va apporter quelque chose de nouveau. Tout en demeurant responsable politique, il va être un philosophe à plein temps, un philosophe de métier, au sens fort du terme, même si son œuvre ne s’est pas élaborée dans un environnement militant mais dans un cadre enseignant (en lycée ou à la Sorbonne) et dans son bureau de Saint-Germain-en-Laye, que certains d’entre nous connaissent bien).

L’œuvre philosophique de Boutang n’est cependant pas sans lien avec son combat politique. En quel sens ? C’est l’évolution des questions de société qui nous rendent à même de le comprendre. Le débat politique a acquis, à notre époque, une dimension philosophique et anthropologique qu’il n’avait pas auparavant. Pensez au “mariage pour tous”, pensez à la PMA, à la GPA, pensez à la fin de vie, au transhumanisme et à toutes ces lois nouvelles qui ont une portée anthropologique considérable. Le politique se voit désormais défié sur le terrain philosophique et anthropologique, il nous faut recourir à des œuvres de maîtres capables de nous éclairer dans ce domaine.

J’ajoute que Boutang n’est quand même pas seulement un philosophe et un métaphysicien, c’est aussi un philosophe politique qui renouvelle et, d’une certaine façon, reproblématise la pensée politique d’Action française. Notamment dans un de ses ouvrages, le premier que Maurras avait lu d’ailleurs, La politique comme souci, et surtout dans Reprendre le pouvoir, un ouvrage absolument fondamental. Boutang y repense la question de la légitimité, en associant l’autorité et le consentement – aspect que Maurras avait peu traité de son côté. Ce livre nous donne une doctrine de la légitimité qui fait sa place au consentement populaire, mais dans une perspective très éloignée du libéralisme politique.

Les choses doivent cependant être dans l’ordre : il n’y a pas de consentement s’il n’y a pas d’autorité. L’autorité est donc première. Ce qui a des conséquences pratiques, qui donnèrent lieu à de rudes débats et même à des querelles à l’intérieur de l’Action française. Par exemple, je parlais tout à l’heure du général de Gaulle. C’est quand même un énorme problème pour l’Action française, le général de Gaulle ! Pourquoi ? Parce que l’on sait aujourd’hui, de mieux en mieux, et Eric Zemmour ne se fait pas faute de le dire et le répéter, que de Gaulle a, de toute évidence, dès l’adolescence, été marqué par la pensée maurrassiennes. En atteste sa sœur aînée Marie-Agnès qui en faisait confidence à Paul Reynaud et quelques autres, dans leur prison au Tyrol en 1945 : au moment de la condamnation de l’Action française par Pie XI, en famille, le jeune Charles, les larmes aux yeux, défendait Maurras ! J’ai aussi reçu le témoignage du comte de Paris – le grand-père de l’actuel comte de Paris – qui connaissait bien de Gaulle et avait multiplié les rencontres avec lui : il le définissait comme un officier maurrassien tout à fait classique… Or il se trouve que de Gaulle a quand même très sérieusement envisagé un projet de rétablissement de la monarchie dans le cadre des institutions de la Ve République. J’en veux pour preuve son dialogue avec le comte de Paris et la correspondance échangée entre les deux hommes. Avec l’extraordinaire lettre d’adieu du général dont vous connaissez sans doute la phrase finale : « Monseigneur, en ce qui me concerne, le terme est venu, vous seul restez permanent et légitime, comme doit l’être ce que vous représentez de suprême dans l’histoire. » C’était son testament politique. En quelque sorte, il transmettait au détenteur de la légitimité historique celle qu’il estimait tenir de son appel du 18 juin et du combat de la France libre. Cela posait quand même un certain nombre de problèmes à l’Action française qui s’était violemment opposée au gaullisme pendant la guerre et à la Libération, puis au moment du drame algérien. Les années passant, et de nouvelles menaces pesant sur le pays, quelle attitude le mouvement pouvait-il prendre à l’égard de de Gaulle ? Pierre Boutang, qui avait fondé son propre journal, La Nation française, en a choisi une très différente et même parfois à l’opposé de celle d’Aspects de la France.

Autre caractéristique de Boutang, son réexamen de la question juive. L’antisémitisme, qui a marqué l’histoire de l’Action française à partir de l’Affaire Dreyfus, sera encore présent pendant la période de la guerre, ce qui aura des conséquences tragiques sur l’image de Maurras. Mais Boutang, sans rien altérer de l’essentiel des acquis maurrassiens, va en revanche complètement remettre en cause cet antisémitisme. Il va le faire à partir des sources religieuses du judaïsme, et aussi de la pensée juive la plus contemporaine. Il a été très marqué par le grand penseur juif contemporain Martin Buber. A ses élèves, il fait découvrir son personnalisme et son grand livre Gog et Magog (qui évoque les controverses au sein du hassidisme, le mysticisme juif, en Pologne). Boutang a anticipé Vatican II en prônant une sorte de réconciliation judéo-chrétienne, non par opportunité politique mais pour des raisons de fond, à partir d’une connaissance profonde de la pensée juive. Quand Alain Peyrefitte, alors ministre de l’Education nationale, le réintègre dans l’Université en 1967, les petits malins de l’administration de la rue de Grenelle imaginent de le nommer au lycée Turgot, le lycée le plus juif de Paris, dans le quartier du Marais, sûrs qu’il ne tiendrait pas quinze jours avant de se faire expulser. Surprise, il consacre sa première heure de cours à l’analyse d’un grand texte biblique, le Livre de Jonas ! Les élèves sont sortis en se demandant : « Mais qui est ce type ? » Et cette classe composée à 90 % de jeunes juifs va avoir une sorte de coup de foudre pour cet extraordinaire professeur. Boutang m’a expliqué plus tard : « Vous comprenez, ils m’avaient mis dans une classe de jeunes juifs complètement déjudaïsés ! Mon travail a consisté à les re-judaïser, en leur redonnant une véritable culture biblique qu’ils n’avaient pas. » C’est de manière apparemment paradoxale que Boutang a constitué une nouvelle étape dans l’histoire de l’Action française.

Gérard Leclerc ( à suivre)

Chaque jour, retrouvez les rubriques de l’été militant 2020, sur le site de l’Action française :

Par Christian Franchet d’Esperey

1 – Est-il opportun de s’accrocher à un homme aussi décrié ?

2 – Les positions les plus contestées de Maurras ne doivent plus faire écran à ses découvertes majeures

3 – maurrassisme intra-muros et maurrassisme hors les murs

4 – Une demarche d’aggiornamento cest-a-dire de mise au jour

Par Philippe Lallement

Le maurrassisme est-il devenu un simple objet d etude historique

Par Gérard Leclerc

  1. Le legs d’Action française
  2. Maurras humaniste et poete
  3. L homme de la cite le republicain
  4. Un mouvement dote dune singuliere force d attraction
  5. La crise de 1926 un nouveau Port-royal
  6. Les traces de guerre civile les quatre etats confederes – l antisemitisme