Série : Le legs d’Ac­tion fran­çaise ; rubrique 4 : Un mou­ve­ment doté d’une sin­gu­lière force d’attraction

Série : Le legs d’Ac­tion fran­çaise ; rubrique 4 : Un mou­ve­ment doté d’une sin­gu­lière force d’attraction

Par Gérard LECLERC

Voi­ci la qua­trième rubrique de Gérard Leclerc sur « Le legs de l’Action fran­çaise ». Il nous explique la sin­gu­lière force d’attraction de ce mou­ve­ment.

Il nous y pré­sente Bain­ville, le second « maitre » majeur de l’Action fran­çaise du XXI° siècle. Un maitre qui a beau­coup à appor­ter tant au niveau géo­po­li­tique, qu’au niveau du « roman natio­nal » au moment où la mémoire de la France est remise en cause de plu­sieurs parts. Voi­là au moins deux thèmes que l’aggiornamento du maur­ras­sisme doit pro­mou­voir. (ndlr)

* *

Je ne reviens pas, faute de temps, sur le détail de cette fon­da­tion, mais je dirai que cette Action fran­çaise que Maur­ras va diri­ger – à la fois dans son fonc­tion­ne­ment quo­ti­dien et dans l’élaboration de sa doc­trine –, va se dis­tin­guer très rapi­de­ment par un puis­sant pou­voir d’attraction. Car Maur­ras est un pro­di­gieux éveilleur d’es­prit : il va s’ad­joindre deux per­son­na­li­tés de très grand talent, Léon Dau­det et Jacques Bain­ville, qui vont démul­ti­plier son propre pou­voir de séduc­tion intel­lec­tuelle et cultu­relle.

Séduc­tion dans le domaine lit­té­raire, d’abord. Léon Dau­det est un for­mi­dable cri­tique lit­té­raire, à redé­cou­vrir com­plè­te­ment. On a récem­ment réédi­té ses essais cri­tiques, une mer­veille ! Le Dau­det cri­tique lit­té­raire est, à mes yeux, encore supé­rieur au mémo­ria­liste, voire même au pam­phlé­taire. Dau­det, que l’on voit en géné­ral comme un per­son­nage rabe­lai­sien, tru­cu­lent et viru­lent, est d’a­bord un homme d’une extra­or­di­naire pro­fon­deur cultu­relle. Reli­sez ses articles sur Dos­toïevs­ki, par exemple, c’est épous­tou­flant. C’est là, d’ailleurs, que l’on voit la com­plexi­té de l’Ac­tion fran­çaise : der­rière son objec­tif poli­tique déter­mi­né, qi fai­sait son uni­té, elle lais­sait s’exprimer des sen­si­bi­li­tés très diverses, voire oppo­sées. Quand Hen­ri Mas­sis, plus tard, vou­dra défendre l’Oc­ci­dent contre un cer­tain sla­visme, il se trou­ve­ra en désac­cord com­plet avec Léon Dau­det, homme d’une immense éru­di­tion, par­fait connais­seur de la lit­té­ra­ture russe comme d’ailleurs des lit­té­ra­tures anglaise, espa­gnole, etc.

C’est dans le domaine des rela­tions inter­na­tio­nales – et d’abord, à l’époque, des rela­tions avec l’Allemagne – que la luci­di­té poli­tique mani­fes­té par Maur­ras dans Kiel et Tan­ger se voit puis­sam­ment relayée par un jeune his­to­rien, Jacques Bain­ville, ori­gi­naire d’une famille répu­bli­caine et anti­clé­ri­cale de Vin­cennes. C’est à la suite d’un voyage de jeu­nesse en Bavière – qui lui ins­pi­re­ra son pre­mier livre, magni­fique, sur Louis II de Bavière –, que Bain­ville va ral­lier la monar­chie, rejoindre Maur­ras et deve­nir un per­son­nage-clé du dis­po­si­tif de l’Ac­tion fran­çaise. Ses connais­sances his­to­riques, sa puis­sance d’a­na­lyse, sa capa­ci­té à situer des repères et décrire des liens sont excep­tion­nelles… C’est tout l’empi­risme orga­ni­sa­teur : le dis­cer­ne­ment en poli­tique fon­dé sur une connais­sance cri­tique de l’his­toire, per­met­tant de faire appa­raître les enchaî­ne­ments his­to­riques, de rendre visibles les causes pro­fondes des évé­ne­ments.

Séduc­tion intel­lec­tuelle et luci­di­té poli­tique sont donc les deux atouts fon­da­men­taux de l’Ac­tion fran­çaise. Il faut y ajou­ter la créa­tion d’une force poli­tique dans la rue, avec les came­lots du roi et la Ligue d’Ac­tion fran­çaise. Ce qui va per­mettre au mou­ve­ment, après s’être affir­mé dans le domaine des idées et du dis­cer­ne­ment poli­tique, de se faire entendre sur la place publique et d’agir sur le cours des choses. Par exemple en réus­sis­sant à impo­ser la fête de Jeanne d’Arc comme héroïne natio­nale.

Gérard Leclerc ( à suivre)

Retrou­vez les rubriques de l’été mili­tant sur le site de l’Action fran­çaise

Par Chris­tian Fran­chet d’Esperey

1 – Est-il oppor­tun de s’accrocher à un homme aus­si décrié ?
2 – Les posi­tions les plus contes­tées de Maur­ras ne doivent plus faire écran à ses décou­vertes majeures
3 – maur­ras­sisme intra-muros et maur­ras­sisme hors les murs
4 – Une demarche d’aggiornamento cest-a-dire de mise au jour

Par Phi­lippe Lal­le­ment

Le maur­ras­sisme est-il deve­nu un simple objet d etude his­to­rique

Par Gérard Leclerc

1- Le legs d’Ac­tion fran­çaise

*

* *