Une mise en scène à la Fouché !
|

Une mise en scène à la Fouché !

On se rap­pelle que, tan­dis que le ter­ro­riste Merah ensan­glan­tait le sud de la France, les ser­vices du minis­tère de l’intérieur pri­vi­lé­giaient la piste de l’extrême droite, jusque à la dra­ma­tique tue­rie de l’école juive Ozar Hato­rah à Tou­louse. L’ancien patron du ren­sei­gne­ment tou­lou­sain indi­quait pour­tant , bien avant cette der­nière tra­gé­die, dans un rap­port, que le dji­ha­diste était un sus­pect pro­bable, compte tenu des élé­ments com­pi­lés dans sa fiche , sans être enten­du, car l’enjeu était évi­dem­ment politique.
Il est bien connu que l’extrême droite repré­sente en France un dan­ger sans précédent !
Les dits « mili­tants d’extrême droite » qui viennent d’être mis en garde à vue sont en fait quelques indi­vi­dus affli­geants et sans intel­li­gence qui, fai­sant leur pub sur Face Book, appe­laient en effet à la vio­lence, pro­pos comme on en trouve mal­heu­reu­se­ment un peu par­tout sur les réseaux sociaux.
Des racistes, des néo-nazis, il y en a et il y en aura tou­jours quelques-uns… Ce sont plu­tôt des cas patho­lo­giques, des com­plexés en révolte per­ma­nente, adeptes des trois B (bière, baise, bas­ton,) des petites frappes ayant un pois chiche dans la tête, qui rêvent d’un grand soir genre Nurem­berg. On trouve exac­te­ment les mêmes de l’autre côté, qui se nour­rissent aus­si de haine, de res­sen­ti­ment, d’injures gros­sières et de vio­lence chez les anti­fas… Cela n’en fait pas des ter­ro­ristes qui passent à l’acte.

La suite