Série : Le legs d’Ac­tion fran­çaise ; rubrique 9 : Le catho­lique pro-sovié­tique Pierre Debray conver­ti au roya­lisme

Série : Le legs d’Ac­tion fran­çaise ; rubrique 9 : Le catho­lique pro-sovié­tique Pierre Debray conver­ti au roya­lisme

Par Gérard LECLERC

Voi­ci la neu­vième rubrique de Gérard Leclerc sur « Le legs de l’Action fran­çaise ». On y découvre Pierre Debray le second grand héri­tier catho­lique de Maur­ras, le « bles­sé de Dieu » sui­vant la belle expres­sion de Fran­chet d’Esperey. Sa par­ti­cu­la­ri­té… son trans­fert d’allégeance du Par­ti Com­mu­niste Fran­çais vers l’Action fran­çaise. Sur­tout sa capa­ci­té d’adapter le maur­ras­sisme aux spé­ci­fi­ci­tés de la socié­té indus­trielle.

A la suite de la scis­sion de 1970 des « mao-maur­ras­siens » il ces­sa sa par­ti­ci­pa­tion à Aspects de la France pour col­la­bo­rer presque quinze ans durant à Je Suis Fran­çais, le men­suel des maur­ras­siens pro­ven­çaux.

Mar­qué par son com­pa­gnon­nage avec le Par­ti Com­mu­niste il reste l’un des stra­tèges majeurs de l’Action fran­çaise ou il intro­dui­sit une dose cer­taine de léni­nisme sans pour autant par­ve­nir à l’imposer.

Ceux qui ne pour­ront par­ti­ci­per à la confé­rence de Phi­lippe Lal­le­ment « Pierre Debray Stra­tège » au CMRDS 2020, devront se pro­cu­rer l’indispensable ouvrage aux Edi­tions de Flore : Une Action fran­çaise au ser­vice de l’avenir de Pierre Debray avec une belle post­face de Gérard Leclerc (ndlr)

Figure éton­nante que celle dc Pierre Debray. C’est après un débat sin­gu­lier avec Bou­tang qu’il arrive à l’Ac­tion fran­çaise. L’an der­nier, j’a­vais fait une confé­rence sur lui, qui a été repro­duite dans le numé­ro spé­cial que lui a consa­cré la Nou­velle Revue uni­ver­selle cet été. On peut s’y repor­ter. En deux mots, quand même, il est né en 1922 et mort en 1999 : cadet de six ans de Bou­tang, il est mort un an après lui. Nous fête­rons son cen­te­naire en 2022. C’est un bleu de Ven­dée, de tra­di­tion répu­bli­caine, éle­vé par un grand-père anar­cho-syn­di­ca­liste : il se récla­me­ra tou­jours de cette tra­di­tion, notam­ment de Prou­dhon et, d’une cer­taine façon, de Georges Sorel. Dans le sillage du catho­li­cisme de gauche, Pierre Debray se trouve entraî­né après la guerre dans une col­la­bo­ra­tion avec le Par­ti com­mu­niste qui va aller très loin. Il fait par­tie des cadres de ce que l’on appe­lait à l’é­poque les struc­tures paral­lèles du Par­ti com­mu­niste. Non seule­ment il col­la­bore à la presse com­mu­ni­sante, mais il est secré­taire de France URSS et membre du bureau du Mou­ve­ment de la paix. Il se rend en URSS et en revient en publiant un livre glo­ri­fiant Sta­line : Un catho­lique retour de l’URSS. C’était au moment du pro­cès Krav­chen­ko, un Russe d’a­bord com­mu­niste, qui a fui l’URSS et dénon­cé en Occi­dent les crimes du sta­li­nisme dans un ouvrage au titre célèbre : J’ai choi­si la liber­té. Ce qui pro­voque une gigan­tesque polé­mique, les com­mu­nistes étant évi­dem­ment vent debout contre lui. Cela donne un pro­cès reten­tis­sant où tous les ténors du Par­ti com­mu­niste viennent témoi­gner – et Pierre Debray avec eux – pour sou­te­nir Sta­line contre Krav­chen­ko. Vous le voyez, les choses sont quand même allées très loin !

En même temps – ce qui va se pas­ser là est quand même assez stu­pé­fiant –, Pierre Bou­tang et Pierre Debray entament un dia­logue qui va abou­tir à la conver­sion totale de Debray à Maur­ras et à l’Ac­tion fran­çaise. Il y entre en 1954, peu de temps avant que Bou­tang ne quitte la mai­son pour fon­der La Nation fran­çaise. Alors le vieux Mau­rice Pujo, à trois ans de sa mort, com­prend que l’Ac­tion fran­çaise ne pou­vait pas se pas­ser d’un intel­lec­tuel de haut niveau. Il impose donc la nomi­na­tion de ce nou­veau conver­ti dans le rôle de suc­ces­seur intel­lec­tuel de Bou­tang.

Pour l’Ac­tion fran­çaise, c’est une sorte de prise de guerre. Debray est une per­son­na­li­té intel­lec­tuelle de pre­mier ordre, il est déjà très connu. Il per­met au mou­ve­ment d’é­lar­gir son cercle, son milieu social et intel­lec­tuel, et de faire entrer en son sein un per­son­nage qui défie les normes cou­rantes. Il va appor­ter beau­coup au mou­ve­ment et au jour­nal, notam­ment la pers­pi­ca­ci­té de son regard sur l’é­vo­lu­tion de la socié­té indus­trielle. A la dif­fé­rence d’un Bou­tang, très cen­tré, je l’ai dit, sur sa dimen­sion phi­lo­so­phique, Debray, his­to­rien et socio­logue, va se vouer, avec un grand sens péda­go­gique, à appli­quer aux réa­li­tés nou­velles la méthode de l’empirisme orga­ni­sa­teur, qui répond direc­te­ment au maté­ria­lisme dia­lec­tique avec lequel il a frayé pen­dant plu­sieurs années.

Gérard Leclerc ( à suivre)

Chaque jour, retrou­vez les rubriques de l’été mili­tant 2020, sur le site de l’Action fran­çaise.

Il vous suf­fit de cli­quer sur le lien sou­li­gné. Ils sont pro­po­sés dans l’ordre de leur publi­ca­tion.

Par Chris­tian Fran­chet d’Esperey

1 – Est-il oppor­tun de s’accrocher à un homme aus­si décrié ?

2 – Les posi­tions les plus contes­tées de Maur­ras ne doivent plus faire écran à ses décou­vertes majeures

3 – maur­ras­sisme intra-muros et maur­ras­sisme hors les murs

4 – Une demarche d’aggiornamento cest-a-dire de mise au jour

Par Phi­lippe Lal­le­ment

Le maur­ras­sisme est-il deve­nu un simple objet d etude his­to­rique

Par Gérard Leclerc

  1. Le legs d’Ac­tion fran­çaise
  2. Maur­ras huma­niste et poete
  3. L homme de la cite le repu­bli­cain
  4. Un mou­ve­ment dote dune sin­gu­liere force d attrac­tion
  5. Crise de 1926 un nou­veau Port-royal
  6. Traces de guerre civile les quatre etats confe­deres – l anti­se­mi­tisme
  7. Bou­tang et Debray renouent avec la seduc­tion intel­lec­tuelle du maur­ras­sisme