You are currently viewing Islam radi­cal et bar­ba­rie terroriste

Islam radi­cal et bar­ba­rie terroriste

Par Ger­main Philippe

Nous avons pré­ve­nu : La des­cente aux abimes de l’Islam moderne n’est pas une par­tie de plai­sir. Après notre mise a nu de la conquête cultu­relle de la France par l’Islam dit « apai­sé », il nous faut main­te­nant abor­der les aspects nau­séa­bonds de l’islamisme dit « radi­cal ». Balayons d’emblée l’embrouille de voca­bu­laire des­ti­née à exo­né­rer l’Islam car pour un maur­ras­sien, l’expression « Isla­misme radi­cal » est aus­si peu cré­dible que celle de « nazisme radical ».

Que savons-nous de l’Islam radi­cal ?… Cette « ména­ge­rie de monstres », pour par­ler comme Ber­nard Henri-Lévy.

Un triste record d’abord ! Les musul­mans fran­çais, beurs et conver­tis, par­tis com­battre en Irak et en Syrie à par­tir de 2012, ont repré­sen­té la moi­tié des dji­ha­distes euro­péens. Leur nombre dépas­se­rait les 2.000 com­bat­tants, dont 35 % sont des femmes (la fameuse musul­mane bri­mée !) et 40 % des conver­tis (Mes­sei­gneurs les Evêques, secouez-vous !). Indis­cu­ta­ble­ment l’Etat Islamique/Daesh s’est réap­pro­prié en 2012, la stra­té­gie du Kho­mei­ny de 1984 vou­lant envoyer les beurs au Magh­reb, mais cette fois en les aspi­rant en Irak et en Syrie contre les rené­gats du par­ti BAAS laïque de Bachar el-Assad. Mal­heu­reu­se­ment pour nous, après la joie fugi­tive de voir ces dji­ha­distes quit­ter la France, voi­là main­te­nant qu’ils reviennent, aguer­ris au front et sus­cep­tibles d’aggraver le bilan des atten­tats. Car il nous faut bien arri­ver à la « bar­ba­rie terroriste » !

Un second record ensuite, mais dans l’horreur. La France est le pays le plus tou­ché par les atten­tats isla­mistes com­mis en Europe et Amé­rique du Nord depuis la pro­cla­ma­tion du « cali­fat » de Daesh. Depuis  2012, ils ont cau­sé 267 morts, dont 83 % lors de deux atten­tats épou­van­tables : 131 en novembre 2015 à Paris et 86 en juillet 2016 à Nice. Les autres ont ciblé soit des mécréants juifs et chré­tiens, soit des poli­ciers et mili­taires repré­sen­tant l’Etat laïc, donc païen.

Après l’identification des deux monstres de l’Islam radi­cal (le moud­jaï­dine et le kami­kaze), posons-nous la ques­tion du pour­quoi, de sa mon­tée en puis­sance. Nous iden­ti­fions trois causes :

- Ce phé­no­mène peut s’expliquer par notre poli­tique d’intervention mili­taire, car en plus de notre enga­ge­ment en Afgha­nis­tan, la France fut second contri­bu­teur aux opé­ra­tions aériennes contre l’État isla­mique en Irak et en Syrie (2.500 morts). D’ailleurs, n’oublions pas nos sol­dats, tou­jours en pre­mière ligne au Sahel (jusqu’à 3.000 dji­ha­distes morts) !

- Il s’explique aus­si par la répu­ta­tion de la France comme patrie des athées (à bas la calotte !). C’est ce qu’indiquent les moti­va­tions des tueurs du Bata­clan mal­gré leur dénon­cia­tion hal­lu­ci­née des « croi­sés ». Vous les ima­gi­nez vous, les par­le­men­taires se croi­sant pour déli­vrer Jéru­sa­lem de l’Infidèle ? Allons, allons… Ils sont justes bons à bran­dir la laï­ci­té comme défense face à ceux qui tuent pour vivre éter­nel­le­ment, alors qu’en plus elle excite l’Islam. Rap­pe­lons ce qu’écrivait en 2015, un jour­nal fébri­le­ment isla­mo­phile comme les Inro­ckup­tibles : « Ce que visait l’Etat isla­mique était bien cette jeu­nesse bobo  fran­çaise qui a élu domi­cile dans ces 10e et 11e arron­dis­se­ments. À la fois parce qu’elle sym­bo­lise un mode de vie insou­ciant jugé « répré­hen­sible », mais sur­tout aus­si parce qu’elle illustre mieux que tout autre milieu les espoirs (et les illu­sions) atta­chés aux idéaux répu­bli­cains fran­çais (lutte contre le racisme, les inéga­li­tés et les dis­cri­mi­na­tions, empa­thie envers la popu­la­tion immi­grée, tolé­rance envers l’islam comme « culture du monde » à Paris).» Bel éclair de luci­di­té, mal­heu­reu­se­ment fur­tif ! La laï­ci­té « répu­bli­caine » est bien un chif­fon rouge (inter­dic­tion du voile) mais aus­si un puis­sant vec­teur de mobi­li­sa­tion (les cari­ca­tures anti­re­li­gieuses, comme expres­sion de la liber­té d’expression) des musulmans.

- Il résulte enfin de la nou­velle stra­té­gie (Appel à la résis­tance isla­mique mon­diale, 1.600 pages tout de même !) éta­blie par Abou Mous­sab al-Sou­ri, rom­pant avec celle de Ben Laden et Al Qaï­da visant les Etats-Unis. Il faut cibler l’Europe pour y déclen­cher une guerre civile (comme cela a été réa­li­sé avec suc­cès en Irak !), résul­tant d’attentats menés par une popu­la­tion isla­mique en rup­ture cultu­relle. Le véri­table but est de sus­ci­ter des réac­tions isla­mo­phobes qui pous­se­raient les musul­mans de France à rejoindre les rangs dji­ha­distes (ce qui va marcher !).

Voi­là donc briè­ve­ment pré­sen­tés, les types de monstres armés de l’Islam radi­cal. Une pré­sen­ta­tion qui fait suite à celle du plan d’islamisation cultu­relle par l’Islam modéré.

Aïe, aïe, j’entends déjà les accu­sa­tions d’amalgame venir des pro­fon­deurs de ce que Pierre-André Taguieff fut le pre­mier à nom­mer l’islamo-gauchisme. Pour­tant voi­là une accu­sa­tion (amal­game, amal­game !) devant laquelle l’Action fran­çaise ne se défaus­se­ra pas. Nous le verrons…

Ger­main Phi­lippe (à suivre)

Pour lire les pré­cé­dentes rubriques de la série «  L’Islam enne­mi n° 1 bis », cli­quer sur les liens.

  1. France, mai­son de la guerre
  2. Mai­son de la trêve et ter­ri­toires per­dus de la République
  3. Impact sur la France de la révo­lu­tion isla­miste de 1979
  4. Les beurs et la kalachnikov
  5. Le plan d’islamisation cultu­relle de la France