France, la mai­son de la guerre.

France, la mai­son de la guerre.

Par Ger­main Phi­lippe

Ce ven­dre­di 2 octobre, Emma­nuel Macron a pré­sen­té son plan d’action contre … non pas le sépa­ra­tisme mais les sépa­ra­tismes ! Aïe, Aïe, comme tou­jours en démo­cra­tie cela com­men­çait bien et puis bada­boum, ni vu, ni connu, elle t’embrouille… la démo­cra­tie. 

D’ailleurs est-ce que cela com­men­çait si bien que cela avec la mise en avant du nou­veau terme de sépa­ra­tisme ? Pour se sépa­rer encore fau­drait-il faire par­tie de la France, or les musul­mans d’Algérie ont consi­dé­ré il y a plus de 60 ans, que vivre ensemble n’était ni sou­hai­table, ni pos­sible. Sou­te­nu en cela par les musul­mans du Maroc et de Tuni­sie. Sépa­rée des musul­mans, la France l’est donc depuis long­temps et par­ler de sépa­ra­tisme revient à faire comme si ce n’était pas le cas, une sorte de déni de réa­li­té. Nous, natio­na­listes inté­graux qui avions défen­du dans l’Algérie fran­çaise une pos­sible socié­té mul­ti­cul­tu­relle n’oublions pas la leçon de l’histoire. C’est aus­si simple que cela l’empirisme orga­ni­sa­teur. 

Certes les plus « habiles » nous expliquent que sous le terme de sépa­ra­tisme c’est l’Islam « radi­cal » que le pré­sident de la Répu­blique vise­rait et que tout le monde avait com­pris. C’est un peu vrai, même si l’on ne com­prend pas pour­quoi il ne fau­drait pas appe­ler un chat un chat et ce qu’ajoute le terme « radi­cal ». C’est d’ailleurs si vrai que  tu atten­dais la fer­me­ture des mos­quées mais voi­là que tu récu­pères qu’il faut « ensei­gner davan­tage la langue arabe à l’é­cole ». Et oui, car « notre jeu­nesse est aus­si riche de cette culture plu­rielle ». Voi­là pour­quoi il est néces­saire pour lut­ter contre l’Islamisme radi­cal de créer « des postes sup­plé­men­taires dans l’enseignement supé­rieur ». C’est simple comme bon­jour et les tech­no­crates y ont pen­sé pour nous, pauvres citoyens-consom­ma­teurs. 

Bon soyons hon­nêtes, tu ne l’attendais pas vrai­ment cette fer­me­ture des mos­quées. Il fau­drait du cou­rage et le mot ne fait même plus par­tie de notre voca­bu­laire. Tiens, puisqu’on aborde le voca­bu­laire, évo­quons cette mani­pu­la­tion des mots… Isla­misme pour Islam, mul­ti­cul­tu­ra­lisme pour isla­misme, com­mu­nau­ta­risme pour mul­ti­cul­tu­ra­lisme et main­te­nant sépa­ra­tisme pour com­mu­nau­ta­risme ; quel est le pro­chain ? Non vrai­ment, ni vu, ni connu, elle t’embrouille… la démo­cra­tie.

Alors par­lons vrai – comme disait le pre­mier ministre socia­liste Michel Rocard – oui par­lons vrai. Uti­li­sons le bon voca­bu­laire et com­men­çons donc par l’islam. Avec un i minus­cule c’est une reli­gion mais Islam avec une majus­cule c’est la civi­li­sa­tion musul­mane. 

Un pays isla­mique est un pays qui fait de l’islam et de la cha­ria le fon­de­ment de sa légi­ti­mi­té comme le Pakis­tan ou l’Arabie saou­dite. 

Evi­de­ment un pays isla­mique fait par­tie de Dar al Islam, c’est-à-dire la mai­son de l’Islam, ces ter­ri­toires musul­mans ou s’impose la cha­ria ; la loi isla­mique.

En dehors de Dar al islam il y a que Dar al Harb, la mai­son de la guerre, ter­ri­toires des non-musul­mans et, pour cette rai­son, voués à la conquête. La France est donc Dar al Harb et de fait vouée au Dji­had, la guerre sainte. N’oublions pas que le Dji­had est une obli­ga­tion pour tout musul­man mâle et en forme. Ce qui est clair.

Voi­là donc en quelques termes, un voca­bu­laire plus pré­cis que celui uti­li­sé par le pays légal. En jetant un éclai­rage cru sur la réa­li­té de l’Islam conqué­rant, il per­met de pen­ser claire. Nous sommes effec­ti­ve­ment bien loin de l’islam reli­gion de paix.

Oui mais, allez-vous me dire, vous ne tenez pas compte de Dar as-sulh la mai­son de la trêve… et oui la démo­cra­tie nous embrouille mais l’Islam n’est pas mau­vais à ce petit jeu. Nous le ver­rons dans notre pro­chaine rubrique : Mai­son de la trêve et ter­ri­toire per­dus de la Répu­blique.

Ger­main Phi­lippe