La Grèce renonce à équi­per sa marine de fré­gates fran­çaises pour se tour­ner vers les Etats-Unis

La Grèce renonce à équi­per sa marine de fré­gates fran­çaises pour se tour­ner vers les Etats-Unis

La Grèce cherche à com­plaire au maître états-unien , pour peser à nou­veau au sein de l’O­TAN, et fait le constat que l’U­nion euro­péenne, qui l’a mal­trai­tée éco­no­mi­que­ment ne lève­ra pas le petit doigt  face à l’a­gres­sion ottomane.Les amé­ri­cains sont fort, poli­ti­que­ment ils sou­tiennent Erdo­gan, mais com­mer­cia­le­ment ils ramassent le Jack pot . Tant pis pour la France, un peu seule dans cette affaire. Déci­dé­ment l’UE ne sert à rien. AF

La Grèce renonce à équi­per sa marine de fré­gates fran­çaises pour se tour­ner vers les Etats-Unis La Grèce renonce à équi­per sa marine de fré­gates fran­çaises pour pri­vi­lé­gier du maté­riel mili­taire du fabri­cant amé­ri­cain Lockheed-Martin.

Rien n’est acquis tant qu’un bon de com­mande n’est pas signé. La Grèce se disait prête il y a un an à moder­ni­ser sa marine en s’é­qui­pant de deux cyber fré­gates de défense et d’in­ter­ven­tion fran­çaises (FDI) équi­pées du radar numé­rique Sea Fire de Thales.  Fina­le­ment, Athènes aurait déci­dé de se tour­ner vers Lockheed-Martin.

Pour 4,4 mil­liards de dol­lars, l’A­mé­ri­cain aurait pro­po­sé, selon le site eKa­thi­me­ri­ni, « quatre fré­gates Mul­ti-Mis­sion Sur­face Com­ba­tant (MMSC), la mise à niveau de quatre fré­gates de type MEKO et des navires de solu­tion inter­mé­diaire ». De plus, trois de ces fré­gates amé­ri­caines seront construites sur des chan­tiers navals grecs sous contrôle américain.

La suite