Mon­sei­gneur Ber­nard Ginoux : « Ils ont un besoin essen­tiel de la messe et vou­draient qu’en pays de liber­té leur cri soit enten­du » – Bou­le­vard Voltaire
Cathedral of Saint John The Evangelist. Pews in rows. Kuala Lumpur. Malaysia.

Mon­sei­gneur Ber­nard Ginoux : « Ils ont un besoin essen­tiel de la messe et vou­draient qu’en pays de liber­té leur cri soit enten­du » – Bou­le­vard Voltaire

Monsei­gneur, dimanche 15 novembre, dans de nom­breuses villes de France, des catho­liques ont pré­vu de se ras­sem­bler pour deman­der que soient à nou­veau auto­ri­sées les messes publiques. Cer­tains évêques ont pris leur dis­tance avec ces ini­tia­tives et, à Paris, la mani­fes­ta­tion annon­cée a été inter­dite. Quel regard por­tez-vous sur ces rassemblements ?

Pour les per­sonnes qui veulent mani­fes­ter sur la voie publique, le décret du 29 octobre (Conseil d’État) ne l’interdit pas à condi­tion que cette mani­fes­ta­tion soit décla­rée, auto­ri­sée et qu’elle res­pecte les dis­po­si­tions sani­taires impo­sées. Le refus invo­qué par le minis­tère de l’Intérieur parce qu’il s’agirait de mani­fes­ta­tions du culte n’est pas juste.

Un cer­tain nombre de catho­liques veulent faire entendre leur incom­pré­hen­sion devant l’interdiction des messes à l’intérieur des églises. Les recours devant le Conseil d’État ont mon­tré com­bien les églises, avec les mesures prises, n’étaient pas un lieu fort de conta­mi­na­tion, vu tous les autres lieux rece­vant du public.

La suite