You are currently viewing Avant-pre­miè­re­Son­dage : les Fran­çais jugent sévè­re­ment l’immigration
Young migrants gather and wait on a mound on August 16, 2017 in Calais.

Avant-pre­miè­re­Son­dage : les Fran­çais jugent sévè­re­ment l’immigration

Des jeunes migrants à Calais en août 2017. PHILIPPE HUGUEN/AFP

La per­cep­tion de l’im­mi­gra­tion reste glo­ba­le­ment néga­tive dans le monde. C’est ce qui res­sort d’un son­dage réa­li­sé par l’ins­ti­tut Ipsos, dans 25 pays, auprès de 17.903 per­sonnes, entre le 24 juin et le 8 juillet der­nier. Une étude menée, année après année, depuis 2011.

En 2017, les trois quarts des per­sonnes inter­ro­gées pensent que le nombre de migrants a aug­men­té dans leur pays sur les cinq der­nières années. Mais elles étaient 82 % en octobre 2015, puis 78 % en juillet 2016.

Par­mi les pays où l’on consi­dère que l’aug­men­ta­tion a été impor­tante, il n’est guère éton­nant de trou­ver en tête la Tur­quie, sou­mise à forte pres­sion pour 78 % des son­dés. Suivent l’I­ta­lie (74 %), la Suède (66 %) et l’Al­le­magne (65 %). En France, 58 % estiment que l’im­mi­gra­tion a beau­coup augmenté.

Dans la plu­part des pays, très peu de son­dés consi­dèrent que l’im­mi­gra­tion a un impact posi­tif : 21 % en moyenne. Les per­sonnes inter­ro­gées en France ne sont que 14 % à le pen­ser. C’est mieux qu’en 2016 où seule­ment 11 % étaient enclines à « posi­ti­ver ». Et l’Al­le­magne ? L’o­pi­nion n’a peut-être pas le même allant que ses diri­geants lors­qu’il s’a­git d’ou­vrir les portes du pays, car seule­ment 18 % des son­dés outre-Rhin jugent posi­ti­ve­ment les effets de l’immigration.

La suite