L’immigration mas­sive est elle encore pertinente ?
||

L’immigration mas­sive est elle encore pertinente ?

Il y a deux ans, une péti­tion de soixante six artistes fran­çais exi­geait un accueil sans condi­tions de tous les réfu­giés du Moyen-Orient en France. Il y a six mois une mani­fes­ta­tion monstre à Bar­ce­lone deman­dait la même chose pour la Cata­logne avec le slo­gan signi­fi­ca­tif : « Chez nous, c’est chez vous » (Casa nos­tra casa vos­tra, en catalan).

Par­tout en Europe, ou presque, y com­pris en Alle­magne à Cologne, des jeunes gens « géné­reux » expri­maient la même chose par des mani­fes­ta­tions publiques.
Pro­fi­tant de l’effet « d’aubaine », un cer­tain nombre de nos diri­geants euro­péens, voyaient dans cette marée humaine de quoi accé­lé­rer le pro­ces­sus d’immigration pour répondre aux besoins mas­sifs expri­més par Bruxelles. Tout fonc­tion­nait bien, en grande par­tie grâce au zèle des médias. L’opinion publique sem­blait suivre. Pour tous ces gens là, le ter­ro­risme n’a évi­dem­ment rien à voir avec ces flux conti­nus, car il ne faut pas tom­ber dans le pêché inex­pug­nable de l’amalgame.

A côté de cela, on voit mon­ter dans le pays, à tra­vers les réseaux sociaux notam­ment, et le plus sou­vent moti­vé par le laï­cisme répu­bli­cain, une attaque en règle de l’Islam. Cette atti­tude s’appuie sur le modèle de la laï­ci­té à la fran­çaise, intran­si­geante avec tout signe d’appartenance reli­gieuse, comme si ce modèle était une réus­site et que le laï­cisme intran­si­geant des débuts de la Répu­blique s’était impo­sé paci­fi­que­ment et sans encombres. Il suf­fit de lire Jean Sevil­la pour com­prendre à quel point la répres­sion exer­cée par le pou­voir au moment de la loi de sépa­ra­tion de l’Eglise et de l’Etat fut vio­lente et sans pitié dans un cli­mat de qua­si guerre civile.

La suite