L’immigration massive est elle encore pertinente ?
Il y a deux ans, une pétition de soixante six artistes français exigeait un accueil sans conditions de tous les réfugiés du Moyen-Orient en France. Il y a six mois une manifestation monstre à Barcelone demandait la même chose pour la Catalogne avec le slogan significatif : « Chez nous, c’est chez vous » (Casa nostra casa vostra, en catalan).

Partout en Europe, ou presque, y compris en Allemagne à Cologne, des jeunes gens « généreux » exprimaient la même chose par des manifestations publiques.
Profitant de l’effet « d’aubaine », un certain nombre de nos dirigeants européens, voyaient dans cette marée humaine de quoi accélérer le processus d’immigration pour répondre aux besoins massifs exprimés par Bruxelles. Tout fonctionnait bien, en grande partie grâce au zèle des médias. L’opinion publique semblait suivre. Pour tous ces gens là, le terrorisme n’a évidemment rien à voir avec ces flux continus, car il ne faut pas tomber dans le pêché inexpugnable de l’amalgame.

A côté de cela, on voit monter dans le pays, à travers les réseaux sociaux notamment, et le plus souvent motivé par le laïcisme républicain, une attaque en règle de l’Islam. Cette attitude s’appuie sur le modèle de la laïcité à la française, intransigeante avec tout signe d’appartenance religieuse, comme si ce modèle était une réussite et que le laïcisme intransigeant des débuts de la République s’était imposé pacifiquement et sans encombres. Il suffit de lire Jean Sevilla pour comprendre à quel point la répression exercée par le pouvoir au moment de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat fut violente et sans pitié dans un climat de quasi guerre civile.

La suite