Macron célèbre au pan­théon les anti-valeurs répu­bli­caines : Ter­ro­risme d’État géno­cide, mémoricide…

Macron célèbre au pan­théon les anti-valeurs répu­bli­caines : Ter­ro­risme d’État géno­cide, mémoricide…

Le coup de gueule de Fran­çois Davin (lafau­tea­rous­seau)

Il faut en finir avec la gro­tesque mais répu­gnante mas­ca­rade du mau­vais car­na­val des « valeurs » répu­bli­caines. Le Pan­théon répu­bli­cain n’est qu’une super­che­rie de très mau­vais goût, qui célèbre plu­sieurs mons­truo­si­tés dans une schy­zo­phré­nie qui méri­te­rait une étude cli­nique de grande ampleur. 

L’une des pires est, sans conteste, la pré­sence en ce lieu des restes du bras armé du Géno­cide ven­déen, Lazare Car­not, qui n’a pas agi seul mais au nom de toute la Conven­tion, et qui a ordon­né, pla­ni­fié et fait exé­cu­ter le pre­mier Géno­cide des temps modernes, le Géno­cide ven­déen, modèle de tous ceux qui suivront.

Ce Géno­cide se double d’un mémo­ri­cide, puis­qu’il est tou­jours nié deux siècles et demi après : il s’a­git là d’un cas typique de Négationnisme/Révisionnisme, sur lequel s’as­sied sans scrupule(s), sans honte et sans rou­gir cette odieuse Répu­blique idéo­lo­gique qui pré­tend don­ner au monde entier des leçons de droits de l’homme alors qu’elle les a bafoués depuis ses ori­gines ; alors qu’elle s’est construite sans et contre la volon­té de l’im­mense majo­ri­té du Peuple fran­çais ; alors que, pour ce faire, elle a inven­té et pra­ti­qué la Ter­reur d’E­tat

C’est au cours de cette mons­truo­si­té que fut le Géno­cide ven­déen qu’eut lieu le pre­mier Ora­dour-sur-Glane, cent cin­quante ans avant que les nazis n’ac­com­plissent qua­si exac­te­ment le même scé­na­rio, le même rituel, si l’on peut dire, que celui exé­cu­té par les ter­ro­ristes révo­lu­tion­naires aux Lucs-sur-Bou­logne en 1794…

Ce Pan­théon a été volé à l’E­glise catho­lique, et doit lui être ren­du, pour rede­ve­nir le lieu de culte pour quoi il a été bâti. 

En atten­dant, il est défi­gu­ré (son lan­ter­neau et ses deux clo­chers ont été abat­tus), 38 de ses 42 fenêtres ont été bou­chées, obs­cur­cis­sant consi­dé­ra­ble­ment le bâti­ment, plon­gé dans une semi-pénombre. Pénombre triste et sépul­crale de sur­croît, car l’ob­tu­ra­tion des fenêtres per­turbe la ven­ti­la­tion du bâti­ment et accroît le taux d’hu­mi­di­té, laquelle crée des fis­sures et favo­rise l’é­ro­sion des struc­tures métalliques…

Tel quel, dans cette ambiance lugubre, le Pan­théon est aujourd’­hui le Temple de la Nou­velle Reli­gion Répu­bli­caine, celle qui s’est fixé pour but d’é­ra­di­quer la reli­gion tra­di­tion­nelle du Peuple fran­çais et de la France, avant même que celle-ci ne soit la France : « Du pas­sé fai­sons table rase ! », c’est-à-dire abo­lis­sons le Chris­tia­nisme et rem­pla­çons-le par… nous-mêmes ! Voi­là l’or­gueil démen­tiel des Robes­pierre, Dan­ton, Saint Just, Marat et toute la cliques des fous furieux san­gui­naires, qui ont mis la France et l’Eu­rope à feu et à sang, fai­sant nau­fra­ger leurs propres théo­ries folles dans la Ter­reur et la dérai­son, eux qui se vou­laient, pré­ten­du­ment, les héri­tiers de… la Raison !

Dans leur guerre totale d’ex­ter­mi­na­tion contre la Reli­gion catho­lique, ils ont consi­dé­ra­ble­ment affai­bli celle-ci : et, aujourd’­hui que le Sys­tème nous a impo­sé – par l’im­mi­gra­tion mas­sive inin­ter­rom­pue, un Islam conqué­rant « sûr de lui et domi­na­teur », comme disait de Gaulle, on voit des pans entiers de la France où… l’on n’est plus en France ! Et la « bar­ba­ri­sa­tion » de nos rues ne cesse de gagner du terrain…

Ain­si, en affai­blis­sant tous les piliers sur les­quels repo­sait la Socié­té fran­çaise et pré-fran­çaise, depuis deux mille ans, le Sys­tème, res­pon­sable et cou­pable, nous amène peu et mal armés face à un adver­saire redou­table : l’Is­lam, sa cha­ria, ses mœurs… et l’is­la­mi­sa­tion ram­pante, pro­gres­sive et constante de la France pro­gresse par­tout avec peu de dif­fi­cul­té, là où les défenses spi­ri­tuelles, morales, men­tales, intel­lec­tuelles du Pays ont été consi­dé­ra­ble­ment diminuées…

Et aujourd’­hui le Grand Maître de ce Sys­tème pen­sé, impo­sé, construit sans, en dehors et contre les idéaux et prin­cipes tra­di­tion­nels de la France éter­nelle va, dans son Temple, rani­mer la flamme du ter­ro­risme révo­lu­tion­naire ins­tal­lé au pouvoir. 

A nous de dénon­cer, à temps et à contre­temps, la super­che­rie du faux ordre éta­bli ; de dire et de redire que Macron n’est que le repré­sen­tant du « dés »ordre au pou­voir, du « chaos figé des conser­va­teurs du désordre »,  héri­tiers du « chaos explo­sif des révo­lu­tion­naires », comme le disait si jus­te­ment Gus­tave Thibon.

Si l’on veut libé­rer la France de ce Sys­tème mor­ti­fère, bâti sur la Ter­reur et le men­songe, il n’y a qu’une seule solu­tion : elle est poli­tique, elle consiste à ban­nir un Sys­tème idéo­lo­gique bâti contre nos Tra­di­tions et nos Racines, et à renouer avec le Régime qui a fait la France, mal­gré ses erreurs, car nous n’a­vons jamais, à la dif­fé­rence des révo­lu­tion­naires, pré­ten­du que la Royau­té fût par­faite en tout, tou­jours et par­tout. Renouer avec le Régime qui a fait de cette France, qu’il a créée, le pays le plus puis­sant, le plus riche, le plus peu­plé et le plus heu­reux d’Eu­rope. Qui a fait de la France, selon le mot du hol­lan­dais Gro­tius, « le plus beau royaume après celui du Ciel. »