Anti­blo­queurs anti­li­bé­raux

Anti­blo­queurs anti­li­bé­raux

Par Jacques de Guille­bon

Après le constat amer de la récu­pé­ra­tion des Gilets jaunes par une extrême gauche vio­lente et anti­na­tio­nale donc anti­po­pu­laire, les anti­li­bé­raux conser­va­teurs prennent une part active dans la contes­ta­tion de la réforme des retraites.

Ce 5 décembre au matin, une ving­taine de mili­tants, majo­ri­tai­re­ment lycéens, de la Fédé­ra­tion Île de France de l’Action Fran­çaise, sont inter­ve­nus au lycée Mon­taigne (VIè arron­dis­se­ment de Paris) qui mena­çait d’être blo­qué par des orga­ni­sa­tions de gauche. Une action cou­ron­née de suc­cès et somme toute paci­fique quoique les pho­tos montrent les roya­listes cas­qués (« Seules quelques pou­belles avaient été pla­cées devant l’entrée du lycée », raconte le pré­sident de la Fédé­ra­tion d’Île de France Étienne Lom­bard), une action pour le moment iso­lée mais qui témoigne du rôle actif et com­plexe que veut jouer le groupe roya­liste dans le mou­ve­ment social actuel.

lA SUITE