You are currently viewing Le retour du pays réel ?

Le retour du pays réel ?

La Chro­nique de Sté­phane Blanchonnet

Le 15 décembre 2020, devant 4 mil­lions de télé­spec­ta­teurs (plus de 20% de l’audience télé­vi­sée totale), les Lefèvre, famille fran­çaise, famille nom­breuse, famille « catho­lique de tra­di­tion » (et non seule­ment « de tra­di­tion catho­lique »), rem­por­tait triom­pha­le­ment le plus popu­laire télé-cro­chet du moment, — « La France a un incroyable talent » —, décli­nai­son fran­çaise de l’émission amé­ri­caine « Ame­ri­ca’s Got Talent », en inter­pré­tant des chants reli­gieux, dont cer­tains en latin. Un an plus tard, un chœur d’élèves offi­ciers de l’école spé­ciale mili­taire de Saint-Cyr, par­vient en finale de la même émis­sion (à l’heure où nous écri­vons nous ne connais­sons pas encore l’issue de cette finale) en inter­pré­tant un chant patrio­tique en hom­mage aux sol­dats fran­çais morts en opé­ra­tions exté­rieures. Il y a quelques jours, Éric Zem­mour obte­nait de son côté un spec­ta­cu­laire record d’audience sur You­Tube, — plus de deux mil­lions de vues en 24h —, en annon­çant à un micro imi­tant celui de De Gaulle en 1940, sa can­di­da­ture à l’élection pré­si­den­tielle, lisant sur un ton solen­nel des paroles graves, assis der­rière un bureau de style, posant devant une biblio­thèque rem­plie d’ouvrages aux élé­gants dos reliés en cuir. Com­ment inter­pré­ter ces dif­fé­rents signes ? Assis­tons-nous à un retour du « pays réel », voire de la « France éter­nelle » ? S’agit-il de l’expression pure­ment folk­lo­rique de ce qui fut une iden­ti­té et une gran­deur réelles et ne serait plus qu’un reli­quat cultu­rel, qua­si­ment muséo­lo­gique ? Sur­tout, s’agit-il d’une ten­dance de tout le pays ou une énième démons­tra­tion de la frac­tu­ra­tion de la popu­la­tion en groupes dis­tincts par leurs ori­gines, leur mode de vie, leurs réfé­rences cultu­relles ; les Fran­çais (ou com­ment les appe­ler ? « Les Fran­çais de souches » ? « de sang » ? Les « Vieux-Fran­çais » ?) for­mant mal­gré eux une com­mu­nau­té comme une autre, appe­lé elle aus­si à reven­di­quer son droit à exis­ter iden­ti­tai­re­ment dans le nou­vel « archi­pel fran­çais » ? L’un des inté­rêts de la cam­pagne pré­si­den­tielle qui com­mence sera d’apporter des réponses à ces ques­tions. En effet, les can­di­dats et les élec­teurs vont avoir l’occasion de mon­trer s’ils sont capables de trans­for­mer poli­ti­que­ment l’essai de ce fré­mis­se­ment iden­ti­taire en lui don­nant la force d’un désir, d’une espé­rance, d’un pro­jet concret pour l’ensemble de la nation et pas seule­ment le charme sédui­sant mais vain d’une nostalgie.