You are currently viewing Un Passe – Poli­tique pour gou­ver­ner par la peur

Un Passe – Poli­tique pour gou­ver­ner par la peur

Par Jean Pélou

DANGER : Le passe-vac­ci­nal devient un PASSE-POLITIQUE

Loin de toutes les inter­mi­nables contro­verses scien­ti­fiques, il faut reve­nir à la rai­son : d’un point de vue sani­taire, le passe-vac­ci­nal ren­dant la vac­ci­na­tion qua­si-obli­ga­toire N’EST PLUS JUSTIFIE pour ces trois motifs :

- Le gou­ver­ne­ment s’a­charne encore à vou­loir abso­lu­ment vac­ci­ner tout le monde avec un vac­cin qui ne pro­tège QUE des formes graves d’un virus, alors que ce virus ne pré­sente PAS DE FORMES GRAVES dans la grande majo­ri­té des cas. Incompréhensible !

- Alors que les conta­mi­na­tions sont le prin­ci­pal pro­blème aujourd’­hui (et non plus les décès), le gou­ver­ne­ment s’a­charne à vou­loir impo­ser un passe vac­ci­nal qui N’EMPÊCHE PAS les conta­mi­na­tions. Incom­pré­hen­sible aussi !

- Notre sys­tème hos­pi­ta­lier est déjà « au bord de la  satu­ra­tion » par manque de lits et de per­son­nel, alors que nous avons à faire à un virus rela­ti­ve­ment peu dan­ge­reux. Que se pas­se­rait il si un virus vrai­ment dan­ge­reux apparaissait ?

Même si l’é­pi­dé­mie régres­sait ou dis­pa­rais­sait dans les pro­chaines semaines comme le pré­voient cer­tains scien­ti­fiques, il y a fort à parier que la pres­sion pour le « tout vac­ci­nal » se main­tien­dra encore long­temps. Pour­quoi macron s’a­charne-t-il, au point d’en deve­nir gros­sier, mépri­sant, pro­vo­ca­teur, indigne, comme jamais un pré­sident n’a été ?

Il s’a­git d’a­bord d’une manœuvre poli­tique : macron a, pour le moment, le vent en poupe ; il est le favo­ri dans les son­dages. Il l’a dit : « Tout mon élec­to­rat est pour le vac­cin ». Le vac­cin devient donc un ins­tru­ment poli­tique au centre de la cam­pagne élec­to­rale et macron sera peut-être élu grâce à ce seul thème. Par la peur qu’il per­siste à entre­te­nir, il a réus­si à aveu­gler une majo­ri­té de Fran­çais. Là-des­sus, on ne peut que féli­ci­ter son habileté.

Ensuite, en dési­gnant une par­tie des Fran­çais comme boucs-émis­saires (voir l’éditorial de Fran­çois Mar­cil­hac), macron par­vient à se dis­cul­per des mau­vais choix, des inco­hé­rences et des men­songes qui ont émaillé la ges­tion de la crise sani­taire. Là-des­sus, il a aus­si réus­si, bien que les Fran­çais com­mencent à se poser quelques ques­tions et à s’a­per­ce­voir qu’ils ont été trom­pés, notam­ment sur l’ef­fi­ca­ci­té des vaccins.

Que tous ces Fran­çais qui vouent encore une entière confiance à macron se méfient : l’é­pi­dé­mie pas­se­ra, mais les autres sou­cis que l’on nous a faits oublier pour le moment vont vite réap­pa­raître : chô­mage, insé­cu­ri­té, crise iden­ti­taire, réforme des retraites, mon­dia­li­sa­tion… Et sur­tout la baisse du pou­voir d’a­chat, avec l’in­fla­tion qui a déjà com­men­cé et qui s’an­nonce extrê­me­ment forte afin de rem­bour­ser cette fameuse dette colos­sale. Et là, nous serons face à bien d’autres sou­cis que de savoir si NOTRE VOISIN EST VACCINE OU PAS… 

On peut aller plus loin : cet achar­ne­ment à main­te­nir un passe sani­taire per­met de tes­ter les popu­la­tions afin d’é­va­luer leur résis­tance (ou leur doci­li­té) face à un sys­tème de CONTRÔLE et de DOMINATION beau­coup plus éla­bo­ré. Jacques Atta­li (le « par­rain » de macron, l’a annon­cé depuis long­temps : un jour, les indi­vi­dus por­te­ront une puce élec­tro­nique sous la peau. Le passe-sani­taire en aura été la « ver­sion d’essai ». Ne croyons pas qu’il s’a­gisse d’un film de science-fic­tion : la Suède vient déjà de réa­li­ser les pre­miers implants. Pour­quoi attendre, puisque les popu­la­tions ont si bien réagi depuis deux ans ?

Etant don­né la faci­li­té avec laquelle le gou­ver­ne­ment est par­ve­nu à nous sou­mettre grâce à la peur lors de cette crise sani­taire, gageons qu’il n’au­ra aucune dif­fi­cul­té à nous injec­ter non pas un vac­cin, mais cette puce élec­tro­nique le moment venu. 

Nos élites peuvent envi­sa­ger l’a­ve­nir avec séré­ni­té. Nos enfants beau­coup moins, par contre. Allez, vous pou­vez allu­mer la télé, c’est l’heure des infos…