Haut Conseil fran­co­phone inter­na­tio­nal de la Langue fran­çaise et de la Fran­co­pho­nie 

Haut Conseil fran­co­phone inter­na­tio­nal de la Langue fran­çaise et de la Fran­co­pho­nie 

Com­mu­ni­qué de Presse

18juin2020HautConseilLFF

Les puis­sances pri­vées et les pou­voirs publics qui portent, en France et par­tout, un mon­dia­lisme hégé­mo­nique, des­truc­teur des cultures des peuples, œuvrent à l’emploi uni­ver­sel d’un anglo-amé­ri­cain basique, et à un grand rem­pla­ce­ment de nos langues régio­nales et natio­nales d’Europe et d’Amérique du Nord.

L’enjeu est civi­li­sa­tion­nel. « France contre les robots ».Nos asso­cia­tions l’ont long­temps cla­mé. 18 d’entre elles ont donc déci­dé de nous ras­sem­bler afin de don­ner corps et âme à la résis­tance au tout-anglais en cette année d’anniversaires : le 80ème de l’Appel de juin 1940, le 75ème du Conseil Natio­nal de la Résis­tance (CNR), le 50ème de la créa­tion – le 20 mars 1970 à Nia­mey – de l’ancêtre de l’Orga­ni­sa­tion inter­na­tio­nale de la Fran­co­pho­nie (O.I.F.), et le 2ème de la pré­sen­ta­tion, par notre Pré­sident sous la Cou­pole, de sa poli­tique pour le fran­çais, et de la créa­tion de l’Ins­ti­tut de la Fran­co­pho­nie à Vil­lers-Cot­te­rêts.

Nous, citoyens de tous hori­zons et familles spi­ri­tuelles et poli­tiques de la France, refu­sant la sou­mis­sion, nous sommes, à l’appel des asso­cia­tions, consti­tués en réseau de socié­té civile, en un Haut Conseil à ins­tal­ler le 14 juillet 2020.

Fort des capa­ci­tés d’influence de tous, le Haut Conseil devra :

  • Exi­ger leres­pect de la Consti­tu­tion (art. 2, et titre XIV sur la Com­mu­nau­té fran­co­phone) et le ren­for­ce­ment sen­sible de la loi Tou­bon-Tas­caa­vec des sanc­tions dis­sua­sives à l’encontre des « col­la­bos de la pub et du fric » (M. Serres) qui veulent une lan­gueim­pé­riale por­teuse de pen­sée, de poli­tique et d’économie uniques (Claude Hagège) ;
  • Convaincre les poli­ti­ciens, media, firmes, de ces­ser d’y contri­buer ;
  • Ani­mer un débat natio­nal constant sur la poli­tique lin­guis­tique de l’Etat ;
  • Per­mettre aupeuple de France, et aux com­mu­nau­tés fran­co­phones, de reprendre langue pour pou­voir à nou­veau par­ler huma­nisme au monde.

Nous, citoyens ins­crits dans la liste jointe des membres du Haut Conseil fran­çais, invi­tons tous ceux dont la « patrie est la langue fran­çaise » à nous rejoindre en résis­tance, et invi­tons les Conseils des pays et com­mu­nau­tés par­tiel­le­ment de langue mater­nelle fran­çaise à consti­tuer avec nous le Haut Conseil fran­co­phone inter­na­tio­nal de la Langue fran­çaise et de la Fran­co­pho­nie !

Signé en leur nom par Albert Salon, doc­teur d’É­tat ès lettres, ancien ambas­sa­deur, pré­sident d’honneur d’Ave­nir de la Langue fran­çaise (ALF).