Mutation mondialiste du pays légal

Mutation mondialiste du pays légal

Par Germain Philippe

(La technocrature, maladie sénile de la démocratie  : 8/10)

Résumé  : En 2017 la technocrature a pris le pouvoir  pour sauver la démocratie disqualifiée par son élite politique. Insatisfaite de l’explication par le complotisme d’ultragauche et celle du référentiel populiste, l’Action française  analyse la technocrature comme un phénomène de physique sociale. Utilisant la loi historique «  du développement d’oligarchies nouvelles  », elle découvre que Bonaparte a crée une nouvelle classe de privilégiés. Ce «  pays légal  » est un système oligarchique circulaire où trois élites financière, politique et médiatique s’épanouissent dans le cadre du régime républicain. Les commis de l’élite politique, les technocrates se sont ensuite constituée en une élite, bientôt déstabilisatrice du système oligarchique circulaire.

Hégémonie du capitalisme financier

Le début du septennat de Valéry Giscard d’ Estaing, correspond au clap de fin des trente glorieuses. Peu d’acteurs perçoivent l’enclenchement du vieillissement de la société Industrielle. La pathologie est masquée par les mesures sociétales progressistes prises par l’élite politique de centre-droit. Encore moins d’observateurs perçoivent que la Technocratie va entamer la mutation du pays légal vers le mondialisme.

Sous Giscard (1974-1981), héritier de la nouvelle classe bonapartiste et pur produit de la Technocratie, l’Etablissement va pouvoir régner sans partage. Symboliquement le premier président de la République énarque fait appel à Jean-Jacques Servan-Schreiber, figure de proue de la Technocratie européiste. Pour s’enrichir par le pillage de l’Etat, l’élite financière va profiter des pouvoirs de la Technocratie à travers un soutien sans faille.

Le ratage de la décolonisation africaine par le gaullisme a rapatrié en France un capitalisme non industriel discréditant le capitalisme industriel. Les technocrates de la Haute Administration laissent alors les banques refuser les crédits à notre industrie, au profit du financement de «  contrats du siècle  » en Iran et Irak. De plus, la garantie de l’Etat sur ces contrats à l’international protège l’élite financière de tout risque. L’Etablissement peut donc s’enrichir effrontément par la complicité de la Technocratie. C’est elle qui porte la responsabilité de l’hégémonie du capitalisme financier sur capitalisme industriel français.

Désindustrialisation de la France

Cette décision technocratique impliquant la désindustrialisation est aggravée par le second choix stratégique de ne pas automatiser les chaines de production automobiles. La Technocratie d’Etat mais aussi privée, juge plus rentable de recruter des OS en Afrique, permettant le maintien des salaires extrêmement bas. Les jeunes Français sont ainsi détournés de l’industrie et poussés vers les bureaux du secteur tertiaire. La désindustrialisation est une métastase affectant les classes moyennes et les régions. Un demi siècle plus tard cette métastase démocratique dégénéra en révolte des «  Gilets Jaunes  ».

Au refus de l’automatisation au profit de l’esclavagisme africain, la Technocratie de la société industrielle ajoute la mesure prise par l’énarque Jacques Chirac, du «  regroupement familial  ». Cette ouverture à l’immigration de peuplement constituera le futur foyer de haine de la société multiculturelle. Pourtant, aux yeux de la Technocratie, ce choix déjà mondialiste se justifie car les familles immigrées augmentent la consommation qui alimente fiscalement les caisses de l’Etat-Providence. Comment imaginer que l’Immigration islamique est à son tour une métastase, rongeant une laïcité se voulant le creuset de l’intégration républicaine  ?

Imbue d’elle-même, coupée du réel, enfermée dans sa logique quantitative, la Technocratie fait des choix contraires aux intérêts de la France mais allant dans le sens de ceux de l’Etablissement. Sûre d’elle-même, la Technocratie persévère dans son choix d’un Etat Providence, celui d’une République faible mais omnipotente, dont la Technocratie redistribue un tiers de la richesse nationale avec des prestations sociales considérablement étendues, dont le coût augmente de 6,6 % par an aboutissant à une augmentation des prélèvements obligatoires de 37  % à 43  % du PIB. A cette fiscalité exorbitante s’ajoute deux autres symptômes  : l’infantilisation du citoyen et une bureaucratie administrative galopante. De quoi inciter à relire le fondamental Dictateur et roi, écrit par Maurras dès 1899.

Fragilisation de l’élite politique libérale

Et l’élite politique  ?  Le démantèlement de l’ORTF  l’a fragilisée au profit de l’élite médiatique. Sous Giscard s’est totalement réalisée la prophétie de l’Avenir de l’Intelligence, celle du pourrissement de la culture par l’argent. Dans un pamphlet retentissant le maurrassien Pierre Boutang dénonce l’étroite relation entre l’élite financière et l’élite médiatique. Il pousse le comte de Paris à soutenir François Mitterrand pour la présidentielle de 1981 car il espère «  que les premiers coups soient portés au règne et au gouvernement de l’argent, installé depuis deux siècles. Qu’ils soient portés d’abord à la racine du mal aggravé pendant les sept dernières années  : toutes les conditions de l’esprit, toute la communication et la diffusion des idées sont tenues et détournées par l’argent.  » 

A cet affaiblissement de l’élite politique de centre-droit, s’ajoute sa perte de crédibilité dans l’opinion, à la suite de nombreuses «  affaires  » comme l’assassinat de Jean de Broglie, la mort suspecte de Robert Boulin, les avions renifleurs et les diamants de Bokassa. 

En 1981, le rejet par le pays réel est total et l’élite politique de gauche prend le pouvoir. Le système circulaire du pays légal va-il être perturbé  ? Que vont devenir l’élite financière – l’Etablissement –  et son partenaire privilégié, l’élite technocratique  ?

L’Etablissement et la Gauche

La grande illusion de Pierre Boutang sur l’élite politique de centre-gauche face à la domination de l’élite financière, vient de son maurrassisme métaphysique ignorant la physique sociale. L’autre héritier de Maurras, son double Pierre Debray, préfère utiliser l’empirisme organisateur pour entamer une «  Autopsie du pouvoir socialiste  », à l’intention de  l’Action française.

Avant tout Debray pose la question de la persistance du modèle oligarchique révélé par l’empirisme organisateur  : «  Le nouveau pouvoir socialiste reste-t-il aux mains de l’Etablissement  ? Si oui rien ne sera changé, sinon les apparences. On nationalisera. Et après  ? L’Etablissement ne s’intéresse pas à l’entreprise mais au profit. Jamais il n’a pris le risque d’innover. Il laisse ce soin à des industriels…. Il ne s’enrichit que par le contrôle qu’il exerce sur l’Etat. Nationaliser des entreprises, surtout si elles marchent bien – c’était le cas de Renault – lui permet de se les approprier. Ses enfants (ou ses gendres) y feront de fructueuses carrières et pourront, par le biais de commandes à d’autres entreprises, celles-ci non nationalisées, réaliser de gros bénéfices…Il y a tout avantage à nationaliser puisque plus le secteur étatisé est vaste, plus il doit sous-traiter et cela au profit d’affaires dominées par l’Etablissement.  »

La réponse sur la persistance de l’Etablissement, Debray la trouve en passant au crible l’élite du centre-gauche, en s’appuyant sur la documentation d’ Henry Coston, l’archiviste politique si controversé  mais si bien documenté. Au final rien n’a changé si l’on considère  la composition du gouvernement et l’entourage du président. La France reste gouvernée au centre pour le seul profit des quelques centaines de familles composant l’Etablissement. Le pillage de l’État va être renforcé par le biais des nationalisations et les banques d’affaires vont  perdre leur autonomie au profit des banques étrangères mais «  l’Etablissement s’en moque car il ne s’enrichit nullement en pratiquant l’esprit d’entreprise mais en parasitant l’appareil étatique. Plus celui-ci est puissant et plus l’enrichissement est rapide.  »  L’expression «  Gauche caviar  » va rapidement faire son apparition.

La gauche et la Technocratie

L’Etablissement perdure donc malgré l’alternance de l’élite politique du centre-droit au centre-gauche, mais la Technocratie  ? Rapidement l’élite politique socialiste se heurte à l’insatisfaction de son électorat qui ne se contente pas de l’abolition de la peine de mort. Il attend des changements plus substantiels que des mesures sociétales. Pour protéger l’Etablissement, l’élite politique socialiste désigne alors un bouc émissaire par la critique de l’élite technocratique sur le mode «  trop de privilèges, pas assez de services  ». L’élite politique retrouve ses racines jacobines.

L’historien Jean-Pierre Rioux a synthétisé cette critique : «  Par son emprise sur les postes clefs, par la complicité de ses membres, elle [la Technocratie] contrôle avec insolence le gouvernement, le Parlement, les partis politiques, les médias, les grosses sociétés industrielles et financières  : l’hégémonie de cette caste brouillerait les rapports entre les pouvoirs, instaurerait une confusion entre l’intérêt général et les intérêts privés. Elle favoriserait l’affairisme des initiés et la morgue des décideurs alimenterait rumeurs et scandales. Une élite repliée sur elle-même et coupée des réalités sociales régnerait impunément sur le pays  ». L’élite politique de centre-gauche, figé sur le passé révolutionnaire, joue au le retour des «  grands ancêtres  »  ; des têtes doivent tomber.

Technocratie et internationalisation polymorphe du marché.

L’adversaire n’est pas les «  200 familles  » de l’Etablissement mais la technocratie dominatrice  : logique car la contradiction s’est exacerbée entre l’élite politique et l’élite technocratique émancipée sous Giscard. Initialement le modèle oligarchique circulaire fonctionnait bien car les technocrates renforçaient leurs commanditaires de I‘élite politique en étendant la compétence du Parlement par I ‘intervention législative en matière économique et celle du Gouvernement par le recours à la procédure des décrets-lois et des lois cadres. 

Puis le modèle s’est grippé car pour la Technocratie, le système parlementaire est devenu I’obstacle à contourner en raison de l’inertie du suffrage universel et de I’immobilisme des assemblées, I’un et I’autre incompatibles avec les contraintes de l’économie — sans parler des députés défendant les intérêts électoralement les plus rentables. La gestion rationnelle de l’économie, idole des technocrates, se heurte ainsi à des difficultés croissantes liées à l’élite politique. D’où l’insatisfaction progressive de la Technocratie vis-à-vis de la toxicité de ses commanditaires de l’élite politique.

Finalement un compromis est passé entre les deux élites car François Mitterand lançant le «  social  » à outrance a crée de la dette. La technocratie va donc aider l’élite politique qui a mis la France au bord du dépôt de bilan, à recourir massivement à la finance internationale. Au total un endettement de plus de 1 500 milliards en quinze ans, que la Technocratie devra financer par l’émission de titres publics et d’obligations du Trésor sur les marchés internationaux. 

Cette tactique cosmopolitise les pratiques de la Technocratie et lui fait prendre conscience que les carrières tendent à se fabriquer maintenant au sein d’organismes internationaux. La technocratie commence alors à devenir le commis apatride de l’internationale des grandes affaires. Où pour éviter la très instrumentalisée suspicion de complotisme, préférons le vocabulaire savant de Pierre-André Taguieff «  d’internationalisation polymorphe du marché  ».

Le mondialisme par l’Europe

Ce virage mondialiste de la technocratie par la dette est accentué par un virageeuropéiste. Dès 1983-84 l’échec des programmes nationaux-keynésiens relance la construction européenne. Le technocrate Jacques Delors, ministre de l’économie et des finances, fait triompher le slogan «  la France par l’Europe  ». Le vieux rêve saint-simonien  se réalise en 1992 lorsque Mitterrand fait passer la République par la case Maastricht afin d’unifier les peuples sous la férule technocratique. Le OUI au référendum l’emporte d’un petit 51  %. Aucun des porte-parole du NON ni même M. Marchais ou M. Le Pen, n’a déclaré qu’il ne voulait pas de l’Europe. Tous se sont proclamés meilleurs Européens que les partisans du OUI. L’Action française s’est retrouvée isolée contre l’Europe des technocrates. 

Paradoxalement, l’élite politique de centre-droit affirme que la grande vaincue du OUI à Maastricht est l’« eurocratie » et que l’Europe des nations a triomphé tandis que s’effondre celle des technocrates. On reste pantois, sauf si on comprend que ce mensonge masque le stade avancé de la maladie républicaine car le «  meneur  » du NON, le gaulliste Philippe Seguin avait prévenu  : un OUI mettrait en jeu la «  survie de la République  » au profit du fédéralisme technocratique européen.

Les héritiers de Jean Monet avaient mis quarante ans à ce que l’Europe technocratique des bureaux devienne la muselière empêchant le chien national et démocratique de morde. L’élite politique ne mordra plus. La démocratie s’enfonçait dans sa pathologie dont le symptôme est décrit par Alain Peyrefitte : «  Seize mille fonctionnaires coupés du monde, sans assise populaire, sans légitimité, passant leur vie et même leurs loisirs entre eux, finissent par se croire investis d’une mission providentielle. Ils sont au demeurant si compétents et si courtois qu’ils gagnent peu à peu les parlementaires ou ministres européens qui devraient les contrôler, et qui finissent par leur rendre les armes. Car le ministre court. Le député passe, les fonctionnaires restent.  » 

Seguin avait annoncé la troisième métastase  : celle de la perte d’indépendance nationale au profit au fédéralisme technocratique européen. L’élite technocratique s’y retrouve facilement car une conséquence du OUI est la mutation des hauts fonctionnaires vers le mondialisme. Ils  se frottent à d’autres modes de décisions et à d’autres univers culturels. De développeur, l’Etat républicain devient régulateur et met en œuvre les décisions communes des Etats-membres. La Commission européenne et les réunions collégiales deviennent des lieux de réinvestissement des technocrates assurant la navette entre Paris et Bruxelles. 

En trois septennats, la technocratie à entamé la mutation du pays légal vers le mondialisme  ; d’abord la financiarisation du capitalisme, ensuite le rapprochement avec la finance internationale et enfin la perte de l’indépendance nationale au profit  de l’Europe de Maastricht et de sa banque centrale

Germain Philippe

(A suivre )

Pour suivre les 7 précédentes rubriques de la  série «  La Technocratie, maladie sénile de la démocratie  »

Hold-Up démocratique
Complotisme d’ultra-gauche intéressant
Comment analyser les élites du pays légal
Intérêt du référentiel populiste
Oligarchie-Nomenklatura-Pays légal
Les élites du pays légal
Origine de la Technocratie