La technocrature, maladie sénile de la démocratie
La technocrature, maladie sénile de la démocratie. © Edwine Andrade

La technocrature, maladie sénile de la démocratie

Par Germain Philippe

Intérêt du référentiel populiste  ?

En 2017 la «  technocrature  » à pris le pouvoir politique. Pour sauver le Système,  elle s’est substituée à «  l’ancien monde  » très disqualifié de l’élite politique. Macron a rejoué Bonaparte sauvant la République le 18 Brumaire 1799. La dénonciation de ce  coup de force technocratique a rapidement été réalisée avec une certaine pertinence d’une part par Pierre-André Taguieff dans une analyse fouillée et documentée, mais aussi par la Gauche et l’ultra-gauche, malheureusement dans l’approche complotiste des «  gros contre les petits  ». Réfractaires au complotisme, les maurrassiens préfèrent donc analyser la technocrature comme un phénomène de physique sociale et donc utiliser l’empirisme organisateur et le concept Pays légal/pays réel.

Faut-il pour autant négliger le schéma explicatif proposé par les populistes  ?

Certainement pas et l’interêt constant de l’Action française pour le populisme est flagrant, comme en atteste les entretiens de la collection de Le Bien Commun avec Aristide Leucate (LBC n°3), Jean-Baptiste Rappin (LBC n°4), Philippe Pichot-Bravard (LBC n°5), François Bousquet (LBC n°6), Catherine Rouvier (LBC n°7), Patrick Buisson ( LBC n° 9), Alexandre Delvecchio (LBC n°11), le duo Frédéric Rouvillois et Christphe Boutin (LBC n°13), Jérome Sainte-Marie (LBC n°14) et l’ancien ministre italien Lorenzo Fontana (LBC N°16). Pour comprendre la prise de pouvoir par la technocrature et connaître ceux «  qui gouvernent  », le populisme propose le schéma explicatif  du Peuple oublié et délaissé par ses élites mais précisant que le premier est «  hors système  » et «  Somewhere  » (de quelque part) perdant de la mondialisation, tandis que par opposition, les seconds sont «  du Système  », «  Anywhere  » (de n’importe où) gagnants de la mondialisation. Bref les élites auraient fait sécession du Peuple, d’où  le retour de la lutte de classes. Ce schéma explicatif populiste s’exprime  mondialement avec des variantes.

L’Action française juge pourtant comme un écueil dommageable l’idéalisation du Peuple face aux élites

Pour l’Action française, le «  référentiel  » populiste est intéressant. Elle considère particulièrement pertinentes les études de Christophe Guilluy et incontestables les nombreux éléments relatifs à la sécession des élites et au déclassement de la France d’en bas. Elle juge pourtant comme un écueil dommageable l’idéalisation du Peuple face aux élites. Il entraîne dans des chemins de traverse ceux qui aspirent à servir le Bien commun  ; comme le prouve historiquement le sans-culotisme, le boulangisme, le doriotisme, le poujadisme et le mao-spontanéisme. Ensuite pour un maurrassien, le référentiel populiste semble difficilement supporter l’apport récent de Jérome Fourquet sur «  l’archipelisation  » de la société française. En revanche si les néo-royalistes jugent un peu paresseux le recours au concept marxiste de lutte des classes, il sont stimulés par l’approche de Jérome Sainte-Marie s’inspirant de la notion de bloc élitaire d’Antonio Gramsci, de constitution d’un bloc à partir de la convergence d’intérêts de différents groupes sociaux qui acceptent la direction de l’un d’entre eux. Ainsi l’orientation du«  bloc élitaire  » serait donnée par la haute administration et la haute finance… la technocrature  ? 

Alors, à la manière d’Auguste Comte, après avoir induit la prise en compte du référentiel populiste dans sa réflexion, l’Action française a déduit les carences de ce schéma explicatif, impuissant à répondre à la question de la prise de pouvoir par la technocrature… Qui gouverne  ? C’est pourquoi l’Action française du XXIe siècle  persiste à vouloir analyser la technocrature à travers le traditionnel prisme politique maurrassien distinguant le Pays réel du Pays légal. Et nous commencerons prochainement  par une courte étude historique du pays légal afin de mieux comprendre la technocrature.