You are currently viewing Algé­rie : « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux »
|

Algé­rie : « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux »

Cette phrase d’Etienne de la Boé­tie résume la rela­tion fran­co-algé­rienne. A chaque fois qu’il est en dif­fi­cul­té, le « Sys­tème » algé­rien sort en effet le joker-mar­tin­gale de l’accusation de la France, sachant qu’il sera immé­dia­te­ment relayé par les héri­tiers des « por­teurs de valises », eth­no-maso­chistes buvant gou­lû­ment  au calice de la repen­tance et de la contrition.

Le 15 juillet der­nier, mon­trant en cela qu’il n’est pas encore men­ta­le­ment déco­lo­ni­sé, Mohand Oua­mar Ben­nel­hadj, membre essen­tiel du « Sys­tème » algé­rien puisqu’il est le secré­taire géné­ral par inté­rim de l’ « Orga­ni­sa­tion natio­nale des moud­ja­hi­dines », les « anciens com­bat­tants », a ain­si appe­lé le par­le­ment algé­rien à voter une loi cri­mi­na­li­sant la colo­ni­sa­tion fran­çaise. Il a en outre deman­dé que cette loi ouvre la voie à des « com­pen­sa­tions », osant écrire que les Fran­çais ont « géno­ci­dé » les Algé­riens et que, après avoir pillé le pays, ils « n’ont lais­sé ici que des brou­tilles, des choses sans valeur ».

Ces accu­sa­tions ne relèvent pas de l’anecdote. Ce n’est pas de sa propre ini­tia­tive que ce pâle appa­rat­chik dont l’association consti­tue le pivot du « Sys­tème » et dévore 6% du bud­get de l’E­tat ‑plus que ceux des minis­tères de l’A­gri­cul­ture (5%) et de la Jus­tice (2%)-, a lan­cé ces accu­sa­tions gra­vis­simes. Depuis deux ou trois semaines, accu­lé par la rue, le géné­ral Gaïd Salah a en effet ordon­né qu’une offen­sive anti-fran­çaise des­ti­née à ten­ter de faire dévier la contes­ta­tion popu­laire soit lan­cée. Face à cette véri­table décla­ra­tion de guerre, le pré­sident Macron garde un étour­dis­sant silence…

Alors, puisque, comme ils en ont hélas l’habitude, les « lapins de cour­sive » qui dirigent la France se tai­ront, il est donc néces­saire que les « réseaux sociaux » s’emparent de l’affaire, à la fois pour exi­ger une réponse offi­cielle des auto­ri­tés fran­çaises, et pour « remettre les pen­dules à l’heure ».

La suite sur le blog offi­ciel de Ber­nard Lugan