Vœux de l'Action française pour 2019
Vœux du bureau politique de l’Action française

2018 s’achève comme une révélation : le vieux monde, dénoncé par Macron, est toujours là – et le président de la République en est le parfait emblème. Loin de gouverner autrement, il impose avec l’aide d’un Parlement godillot des lois iniques qui tendent toutes à transformer radicalement la France dans le sens indiqué par ses prédécesseurs, eux aussi esclaves de l’Union européenne au lieu d’être au service du bien commun des Français. Et la morgue d’Emmanuel Macron n’a d’égale, ces dernières semaines, que le grotesque des déclarations de ses ministres et serviteurs, trop subtils et trop intelligents pour saisir que les Français ont bien compris leurs politiques mais, tout simplement, n’en veulent pas. De même qu’ils ne veulent plus d’un pouvoir qui les ignore, d’une Europe qui les appauvrit, et d’une idéologie qui les condamne à la fois à l’insécurité culturelle et à l’insécurité tout court. La révélation de la permanence des effets pervers d’une république partisane et vendues aux puissances de la finance se double de la révélation des mérites du Roi, serviteur du peuple et non pas des intérêts de son parti et de sa caste.

À tous les militants d’Action française, qui étudient, discutent, convainquent, nous sommes heureux de présenter nos vœux : continuez ! Notre force est d’avoir raison, et la preuve en est administrée tous les jours.

À tous les Français qui souffrent, qui luttent, qui désespèrent d’un avenir meilleur et ne savent à qui se vouer, nous sommes heureux de présenter nos vœux : espérez ! Le peuple réclame de la démocratie directe ? Elle existait sous l’Ancien Régime. Le peuple réclame un pouvoir qui ne plie pas devant le parti de l’étranger et le capital ? Le Roi est cet arbitre des puissants qui les force à considérer les petits.

À la famille de France, enfin, l’Action française est heureuse et fière de présenter ses vœux : demeurez ! Vous êtes les héritiers, nous gardons l’héritage. Nous sommes en train de bâtir la France nouvelle où les idées ne seront plus des mots en l’air, ni les institutions des leurres inconsistants, ni les lois des brigandages, ni les administrations des gabegies, la France où revivra ce qui mérite de revivre : en bas les républiques, en haut la royauté. Vive le Roi !

Le Bureau Politique
François Bel-Ker, Charles du Geai, Pierre Marchand,
François Marcilhac, Philippe Mesnard, Stéphane Muratti