Le pro­vo­ca­teur Hatem, idiot utile du système

Le pro­vo­ca­teur Hatem, idiot utile du système

Elie Hatem, qui se réclame de l’Action fran­çaise, ne fait plus par­tie de l’Action fran­çaise. Il a été membre du Comi­té direc­teur, il n’en fait plus par­tie. Il a été ora­teur dans nos col­loques, il n’y parle plus. Il écri­vait dans le jour­nal du mou­ve­ment, il n’y écrit plus. Bref, si fan­tai­sie prend à Elie Hatem de se récla­mer de l’Action fran­çaise, grand bien lui fasse mais ça n’engage que lui et les ignares ou les benêts qui lui accordent encore du cré­dit. S’il plaît à Elie Hatem de jouer à lui tout seul la par­ti­tion bien usée de la scis­sion et de la fausse fidé­li­té, grand bien lui fasse et nul doute que son égo meur­tri n’y trouve quelque réconfort.

L’Action fran­çaise, elle, n’a que faire d’un his­trion qui pro­clame accep­ter la répu­blique et la démo­cra­tie des par­tis (Le Lab poli­tique, 31 jan­vier 2014), reniant ain­si tout l’enseignement des maîtres d’Action fran­çaise pour la sotte (et déçue) ambi­tion d’être un élu du Front National…

L’Action fran­çaise, sur­tout, n’a que faire d’un homme qui se com­pro­met dans un col­loque hai­neux et raciste, où par­le­ront des adver­saires de l’Action fran­çaise – adver­saires repro­chant à notre mou­ve­ment de ne pas être, comme eux, racistes ou inféo­dés au par­ti de l’étranger qu’ils en sont venus à pré­fé­rer à la France.

L’Action fran­çaise s’opposera tou­jours au par­ti de l’étranger et n’ira jamais cher­cher à Washing­ton ou Téhé­ran, en Ita­lie ou Croa­tie, une quel­conque rai­son d’espérer contre la France.

L’Action fran­çaise s’opposera tou­jours aux « nigau­de­ries du racisme », comme disait Maur­ras, qui pour­sui­vait : « Nous sommes des natio­na­listes. Nous ne sommes pas des natio­na­listes alle­mands. Nous n’a­vons aucune doc­trine qui nous soit com­mune avec eux. Toutes les fal­si­fi­ca­tions, tous les abus de textes peuvent être ten­tés : on ne fera pas de nous des racistes ou des gobi­nistes ». Voi­là ce qui fonde la doc­trine d’Action fran­çaise. Et voi­là pour­quoi les orga­ni­sa­teurs de ce col­loque sont allés cher­cher Elie Hatem, qui ne fait plus par­tie de l’Action française.