Prince Jean, Comte de Paris

Prince Jean, Comte de Paris

Chers amis,

En ce début d’an­née 2020, per­met­tez-moi de vous pré­sen­ter tous mes vœux pour la Nou­velle Année

L’an­née pas­sée a été une année de bouleversements.

En pre­mier lieu, à l’heure où je vous écris, la France subit une grève géné­rale d’une ampleur et d’une durée rare. Cette année à aus­si été mar­quée par le décès de mon père, qui m’a ame­né le 21 jan­vier der­nier, à deve­nir le nou­veau comte de Paris, chef de la Mai­son de France. J’assume cette res­pon­sa­bi­li­té avec volon­té et sérieux. Il y a éga­le­ment eu l’incendie de Notre Dame : notre pays, tou­ché au cœur, a vu se déve­lop­per un élan de sou­tien tout à fait extra­or­di­naire. Enfin, plus récem­ment, j’ai été très affec­té par la mort des 13 mili­taires fran­çais tués au Mali, dont plu­sieurs étaient du 4è Régi­ment de chas­seurs que je connais bien. Pour faire face à toutes ces vicis­si­tudes, nous aurions bien besoin d’un petit coup de pouce du ciel, mais comme dit le dic­ton « aide toi et le ciel t’aidera » !

Mais il faut aus­si jeter un regard posi­tif sur 2019, qui n’a pas été exempte de belles dyna­miques pour la Mai­son de France. Je note­rais, entre autres choses : une pré­sence ren­for­cée dans les médias et aux céré­mo­nies offi­cielles ; les 500 ans de Léo­nard de Vin­ci et la visite d’Etat du Pré­sident Ita­lien à Amboise invi­té par le Pré­sident Emma­nuel Macron ; les 500 ans de Coti­gnac ; l’an­ni­ver­saire de 10 ans de mon fils Gas­ton qui gran­dit avec sagesse et force.

En 2020, je sou­hai­te­rais ren­for­cer encore plus ma pré­sence média­tique, mais aus­si sur le ter­rain, natio­nal comme local, ain­si que je l’avais fait il y a quelques années, et ce pen­dant près de 12 ans. Comme le disait mon grand-père « plus on vou­lait me faire apprendre les choses par coeur plus j’avais envie d’aller sur le ter­rain voir les choses par moi-même ».

A Dreux, cette action se mani­fes­te­ra en pour­sui­vant ce que nous menons déjà, avec notre asso­cia­tion « Gens de France ». Quelques 200 per­sonnes ont pu visi­ter le domaine royal dans le cadre du pro­gramme de la ville « la Nation en par­tage ». Nous sou­hai­te­rions désor­mais ren­for­cer cette action par l’aide au plus dému­nis, en par­ti­cu­lier les familles en dif­fi­cul­tés. D’autre part, deux évé­ne­ments aux­quels je vou­drais atta­cher une atten­tion par­ti­cu­lière vont for­te­ment mar­quer l’année qui vient : les 50 ans de la fran­co­pho­nie et les 100 ans de la cano­ni­sa­tion de Jeanne d’Arc. Enfin, je sou­hai­te­rais, dans la logique de mon rôle de chef de la Mai­son Royale de France, déve­lop­per des axes d’intervention plus poli­tiques, via les réseaux sociaux ou par des tri­bunes régu­lières dans la presse écrite.

Voi­ci chers amis ce que je sou­hai­tais vous dire en ces fêtes de fin d’an­née. Avec ma famille, per­met­tez moi de renou­ve­ler à cha­cune et à cha­cun d’entre vous ain­si qu’aux vôtres un Joyeux Noël et une belle Nou­velle Année 2020.

Domaine Royal, le 1er jan­vier 2020
Jean, Comte de Paris (sur le réseau social FB)