You are currently viewing Le cri d’alarme et la folle espé­rance de Raouldebourges

Le cri d’alarme et la folle espé­rance de Raouldebourges

Déci­dé­ment, cela devient la mode de pas­ser du web au livre ! C’est le cas des Chro­niques pour une révo­lu­tion conser­va­trice de Raoul­de­bourges, chro­ni­queur de la revue en ligne Mau­vaise Nou­velle. L’auteur a été très mar­qué par sa lec­ture de Roger Scru­ton et sa pro­mo­tion du conser­va­tisme, il en a donc fait a pos­te­rio­ri le fil rouge de son livre. C’est depuis 2014, que Raoul­de­bourges écrit pour Mau­vaise Nou­velle, cette revue en ligne dont l’« anti-ligne édi­to­riale » est résu­mée dans le slo­gan : « entre glose outran­cière de l’actualité et labo­ra­toire du Verbe ».

Pour Raoul­de­bourges, notre monde condam­né au moder­nisme à per­pé­tui­té pro­duit des monstres à la chaîne : Gen­der, mul­ti­cul­tu­ra­lisme, isla­misme, vir­tua­li­sa­tion du tra­vail, etc. et détruit tout ce qui per­met à un homme d’être une per­sonne sou­ve­raine : son enra­ci­ne­ment, sa vie inté­rieure, sa quête d’un bien uni­ver­sel. Raoul­de­bourges s’est choi­si des héros : phi­lo­sophes, intel­lec­tuels, écri­vains, his­to­riens… et pour les noms : Zem­mour, Onfray, Riou­fol, Sevil­lia, Del­sol, Fin­kiel­kraut, Camus, Vil­liers, Houel­le­becq, Brague, Scru­ton, … Raoul­de­bourges fait de l’exercice de la recen­sion lit­té­raire une passe d’armes digne des che­va­liers. C’est effec­ti­ve­ment par esprit che­va­le­resque, qu’il s’astreint à écrire chaque semaine inlas­sa­ble­ment. Cet esprit est bien sûr au ser­vice de son pays. Il se fait pas­seur entre toute une famille de pen­sées et les lec­teurs que nous sommes.

Chro­niques pour une révo­lu­tion conser­va­trice se veut donc bien plus qu’une com­pi­la­tion extraite de Mau­vaise Nou­velle, mais la biblio­thèque de com­bat d’un homme réso­lu à ne pas lais­ser la page blanche à l’unique camp du bien, au poli­ti­que­ment cor­rect. Raoul­de­bourges dit qu’il est pas­sé au livre dans un sou­ci de trans­mis­sion et dans une logique de thé­sau­ri­sa­tion. Trans­mis­sion à ceux qui inévi­ta­ble­ment auront à mener com­bat pour l’homme et la civi­li­sa­tion. Thé­sau­ri­sa­tion pour tous ceux qui, l’ayant croi­sé sur le web, veulent y reve­nir, tiennent à appro­fon­dir et ain­si mieux aigui­ser leurs armes intel­lec­tuelles. Nous nous réjouis­sons donc que ce « saint patron de la Mau­vaise Nou­velle » soit pas­sé du web au livre. De la lec­ture de ses pages reste un sen­ti­ment d’alarme et d’urgence pour notre pays, et en même temps une folle espé­rance contrac­tée au cœur dans cette biblio­thèque de résistance.

Jacques Leo­nor Croseta