Légis­la­tives en Ita­lie : la défaite de Bruxelles

Légis­la­tives en Ita­lie : la défaite de Bruxelles

Cré­di­té de 32% des voix, le M5S (Mou­ve­ment 5 étoiles) confirme par son score une pous­sée euros­cep­tique en Ita­lie. ANDREAS SOLARO/AFP

Chris­tophe Bouillaud voit dans les élec­tions ita­liennes de dimanche la confir­ma­tion d’un mou­ve­ment géné­ral de rejet, par les péri­phé­ries euro­péennes, des mesures d’aus­té­ri­té bud­gé­taire et de la poli­tique migra­toire de Bruxelles. Avec Mat­teo Ren­zi, c’est aus­si toute la social-démo­cra­tie qui est mise en échec.

FIGAROVOX.- À l’heure qu’il est, on ne sait pas encore quel camp sera véri­ta­ble­ment le vain­queur des élec­tions en Ita­lie. Mais on connaît au moins le nom des per­dants : Mat­teo Ren­zi, et avec lui l’U­nion euro­péenne et la social-démocratie…

Chris­tophe BOUILLAUD.- Oui, vous avez entiè­re­ment rai­son là-des­sus : le Par­ti démo­crate a lar­ge­ment per­du l’é­lec­tion, et avec lui tous les petits par­tis cen­tristes, inca­pables de dépas­ser à eux tous la barre des 5 %. Et c’est clair et net : l’é­lec­to­rat ita­lien a refu­sé l’U­nion euro­péenne, et la poli­tique éco­no­mique qu’elle a impo­sée à Mat­teo Ren­zi. Celui-ci a échoué, alors même que la relance éco­no­mique qu’il avait pro­mise com­men­çait à poindre ; le hic, c’est que la fai­blesse de la poli­tique de redis­tri­bu­tion a empê­ché tout l’é­lec­to­rat du Sud du pays de pro­fi­ter des retom­bées de ce regain.

La suite