You are currently viewing La numé­ri­sa­tion des esprits ?

La numé­ri­sa­tion des esprits ?

Nous avons reçu ce texte amu­sant extrait d’une lettre dif­fu­sée par un cor­res­pon­dant ami, rési­dant à l’étranger

L’é­lec­tion pré­si­den­tielle amé­ri­caine a avi­vé les contro­verses sur les modes de scru­tin, leur effi­ca­ci­té et leur fiabilité. 

 En cette période d’apprentissage du confi­ne­ment volon­taire et du télé tra­vail ins­ti­tué, le vote élec­tro­nique a été évo­qué, ici et là, comme une solu­tion d’avenir.

Or il est expé­ri­men­té en France, en ce moment pré­sent, pour l’é­lec­tion des conseillers des Fran­çais de l’étranger.

Nous igno­rons si c’est avec la volon­té de le géné­ra­li­ser plus tard, pour d’autres scru­tins. On peut pen­ser néan­moins que l’in­ves­tis­se­ment réa­li­sé est assez impor­tant pour que cette idée ne soit pas absente de cer­tains « esprits autorisés ».

Voi­ci com­ment les choses se sont déroulées :

« L’é­lec­teur ins­crit sur les listes consu­laires et qui y a décla­ré une adresse cour­riel et un numé­ro de télé­phone mobile com­mence par rece­voir un SMS conte­nant un code. Le mien était com­po­sé de six lettres et six chiffres. Simple et intui­tif, n’est-ce pas ?

Deux jours plus tard il reçoit un cour­riel l’in­vi­tant à se connec­ter au site diplomatie.fr sur lequel il peut ouvrir une page qui s’au­to­dé­truit après fer­me­ture. Cette page contient un second code, qu’il faut donc noter soi­gneu­se­ment, sinon… eh bien sinon, je ne sais pas ce qui se passe. Je n’ai pas vou­lu savoir et j’ai donc noté mon code : Un mélange de 12 signes, lettres et chiffres, aus­si ins­pi­rant que le premier.

Le bureau de vote vir­tuel est ouvert pen­dant quatre jours. Les dates et heures pré­cises sont publiques et rap­pe­lées dans plu­sieurs cour­riels offi­ciels ; les can­di­dats les ont éga­le­ment annon­cées dans leur innom­brables envois de pro­pa­gande. L’é­lec­teur est donc cen­sé les connaître. 

S’il n’ou­blie pas, il doit se connec­ter, à temps, sur un site ad hoc où il doit com­men­cer par ren­sei­gner les deux codes reçus supra. 

Il est alors diri­gé sur ce qui joue le rôle d’i­so­loir vir­tuel. Après avoir coché les can­di­dats de son choix (je n’ai pas remar­qué de place pour un vote blanc, ni ten­té de cocher plus de lignes que néces­saire pour voir com­ment réagit le sys­tème. Appa­rem­ment il ne peut y avoir de vote nul, puisque seules les réponses valides sont admises) le logi­ciel ren­voie l’i­mage du bul­le­tin de vote rem­pli, en deman­dant confirmation.

Je confirme mon choix ; alors il m’est deman­dé d’at­tendre un cour­riel de contrôle (donc d’ou­vrir un second onglet pour le rece­voir), et de reco­pier le code qu’il contient. C’est une banale suite de six chiffres. Je par­viens à effec­tuer la manœuvre sans me prendre les pieds dans le tapis et il me semble alors entendre l’as­ses­seur vir­tuel pro­cla­mer « a voté ! ».

Mais ce n’est pas fini. Je reçois un peu plus tard un cour­riel, que je vous joins tel quel, car il ne mérite aucune rature ni modi­fi­ca­tion. Il est des­ti­né à me per­mettre, après le dépouille­ment, de véri­fier que mon vote a bien été comptabilisé :

Vous avez voté par inter­net le 21/05/2021 à 22:08:32 (heure de Paris). Votre vote est secret et ano­nyme. La loi vous donne la pos­si­bi­li­té de véri­fier en ligne que votre vote a bien été pris en compte.  Après la pro­cla­ma­tion des résul­tats, cli­quez sur le lien sui­vant .… et entrez le code de votre preuve de vote :  ILrJ9lpPR/b3JtY9TUMrUzpbanzhYhl2MiznWibgdk8=    Ce mes­sage est auto­ma­tique. Mer­ci de ne pas y répondre. Minis­tère de l’Europe et des Affaires étran­gères Code de contrôle asso­cié à votre preuve de vote : Lmix7s7XMn6d1A07PlfP22ZF+Pfig1zvpF9efAJx7riz67bvJa7h06UP7nnOyWY JOeMwPKcSygeJFjCTy0K6bHAa8ZI9SfvQNEZ5BNF vSsxKynGjMKFlQxhAZKtXnEQEgcN4e8AiAcMH0S… sui­vi de quatre lignes aus­si exci­tantes.  

Je vous ai livré mon code de véri­fi­ca­tion, nous dit notre inter­lo­cu­teur, mais notre rédac­tion a déci­dé d’occulter par dis­cré­tion une moi­tié de ce code.

Appre­nez-le par cœur ! ajoute-t-il.

Car plus vous serez nom­breux à véri­fier par vous-mêmes si mon vote n’a pas fait l’ob­jet d’une sub­sti­tu­tion, et plus il sera démo­cra­ti­que­ment garanti. 

Je pré­cise éga­le­ment que les élec­teurs qui n’au­ront pas pu ou pas vou­lu suivre ce par­cours ini­tia­tique pour­ront aller voter à l’an­cienne, le dimanche 30 mai. Mais pour cela ils devront se rendre phy­si­que­ment à leur consu­lat, et y por­ter un masque.