Un dépu­té LREM assure que la majo­ri­té des SDF dorment dans la rue « par choix »

Un dépu­té LREM assure que la majo­ri­té des SDF dorment dans la rue « par choix »

D’a­près Syl­vain Maillard, cer­tains SDF ne sou­haitent pas être mis à l’a­bri, « même dans les cas de grand froid ». Chris­tophe Morin/IP3 PRESS/MAXPPP

Inter­ro­gé sur RFI, Syl­vain Maillard a repris la ligne du gou­ver­ne­ment qui pré­tend qu’en Ile-de-France, seuls cin­quante SDF dor­mi­raient dans la rue faute de place. Les autres y seraient volontairement.

Le pro­pos risque de don­ner du grain à moudre à ceux qui accusent le gou­ver­ne­ment et la majo­ri­té d’être décon­nec­tés des réa­li­tés du ter­rain ou d’i­gno­rer les « frac­tures fran­çaises ». Invi­té ce lun­di de RFI, alors même qu’une vague de froid touche une par­tie du ter­ri­toire, le dépu­té La Répu­blique en marche de Paris Syl­vain Maillard a été inter­ro­gé sur les pro­blé­ma­tiques liées aux sans-abri. Fai­sant écho à de récents pro­pos polé­miques de Chris­tophe Cas­ta­ner, délé­gué géné­ral du par­ti, l’é­lu a décla­ré que « l’im­mense majo­ri­té » des SDF qui dorment dans les rues d’Île-de-France le fai­saient par « choix ».

« Même dans les cas de grand froid, cer­tains SDF ne sou­haitent pas être mis à l’a­bri, sou­haitent res­ter seuls dans la rue, (…) rien ne les oblige à être mis à l’a­bri », a affir­mé Syl­vain Maillard. Et le dépu­té de Paris d’é­nu­mé­rer les rai­sons qui expliquent, selon lui, pour­quoi les per­sonnes sans domi­cile fixe décident de res­ter à l’ex­té­rieur : « Tout sim­ple­ment ne pas vou­loir être en com­mu­nau­té, cer­tains d’entre eux sont dans des situa­tions psy­cho­lo­giques très com­pli­quées, d’autres sou­haitent res­ter en couple, (…) d’autres sont avec des ani­maux domestiques. »

La suite