Réforme des retraites : « LR se coupe défi­ni­ti­ve­ment du bloc populaire »

Réforme des retraites : « LR se coupe défi­ni­ti­ve­ment du bloc populaire »

Pour David Des­gouilles, la droite veut se posi­tion­ner en cham­pionne du « bloc éli­taire » pour concur­ren­cer La Répu­blique en Marche. Ce qui sup­pose de pur­ger le par­ti, et de miser sur un recul gou­ver­ne­men­tal sur les retraites.

FIGAROVOX.- Comme la gauche, la droite s’oppose au pro­jet de réforme des retraites pro­po­sé par l’exécutif. Peut-elle tirer son épingle du jeu dans cette situation ?

David DESGOUILLES.- La droite ne s’oppose pas vrai­ment de la même manière que la gauche. Avec l’arrivée de Chris­tian Jacob à la tête du par­ti, LR se posi­tionne comme une forme de super-LREM, qui explique que LREM ne va pas assez loin, qu’Emmanuel Macron est trop timide, sur ce sujet comme sur celui de la résorp­tion de la dette ou du défi­cit public. Les Répu­bli­cains sou­haitent deve­nir cham­pions du « bloc éli­taire » ou « bloc bour­geois » décrit par Jérôme Sainte-Marie, notam­ment dans vos colonnes. En expli­quant d’une part qu’ils sont mieux pla­cés qu’Emmanuel Macron pour mettre en œuvre les réformes d’adaptation à la mon­dia­li­sa­tion récla­mées par l’UE et l’Allemagne, et en se posi­tion­nant comme le véri­table par­ti de l’ordre aux yeux du bloc élec­to­ral « éli­taire ». La mise en orbite de Fran­çois Baroin, reve­nu dans les ins­tances de LR, s’inscrit dans cette stra­té­gie : il s’agit de s’affirmer comme une alter­na­tive à l’intérieur de ce bloc au cas où Emma­nuel Macron ne pour­rait se repré­sen­ter, voire si une crise poli­tique d’ampleur le pous­sait à la démission.

La suite