Jean de France : « Il est urgent de refon­der le contrat social »

Jean de France : « Il est urgent de refon­der le contrat social »

Je viens de ter­mi­ner de lire le rap­port sta­tis­tique 2017 du Secours Catho­lique à pro­pos de la pau­vre­té en France.

Le titre parle de lui même : « Pau­vre­té, la fra­gi­li­té se ren­force ». Quatre grandes ten­dances y sont sou­li­gnées : les femmes sont de plus en plus fra­giles (en 2016 elles étaient plus nom­breuses que les hommes à être accueillies au Secours Catho­lique), de plus en plus de per­sonnes sont sans res­sources (de 16,6% en 2006 à 19% en 2016), de moins en moins de ménages sont cou­verts par les pres­ta­tions sociales (de 71,6% en 2010 à 64,4% en 2016), de plus en plus de ménages sont des couples avec enfants (en 2016 ils attei­gnaient 24,2% après les familles mono­pa­ren­tales 29,6%).

Tel est le rude constat que dresse le Secours Catho­lique. Comme le dit sa pré­si­dente, Véro­nique Payet, « il est urgent de refon­der le contrat social ». Mal­heu­reu­se­ment les élec­tions suc­ces­sives à la tête de l’État depuis plu­sieurs décen­nies appa­raissent comme celles d’une France libé­rale moins sou­cieuse des plus dému­nis, en tout cas dans les actes. Même les défen­seurs du social d’il y a trente ans sont depuis long­temps pas­sés du coté de l’argent et du pou­voir, que ce soit dans la presse, la finance ou la politique.

La suite