You are currently viewing Val-de-Marne : le quai d’Or­say face à un dea­ler pro­té­gé par l’im­mu­ni­té diplomatique

Val-de-Marne : le quai d’Or­say face à un dea­ler pro­té­gé par l’im­mu­ni­té diplomatique

Fort de son immu­ni­té diplo­ma­tique, l’in­di­vi­du s’en est sys­té­ma­ti­que­ment sor­ti sans la moindre pour­suite judi­ciaire. FRED TANNEAU/AFP

Le minis­tère des Affaires étran­gères « étu­die les mesures sus­cep­tibles d’être prises » contre un dea­ler d’une cité du Val-de-Marne qui invoque son immu­ni­té diplo­ma­tique pour pour­suivre ses acti­vi­tés en toute impunité.

Des poli­ciers qui repartent d’un quar­tier sous les insultes d’un homme de 20 ans qu’ils venaient inter­pel­ler pour deal… C’est ce que les fonc­tion­naires de la bri­gade anti­cri­mi­na­li­té du Krem­lin-Bicêtre ont vécu ven­dre­di soir à la cité Duclos de Vil­le­juif dans le Val-de-Marne. « Hey bande de fils de p…! Bais­sez les yeux ! Bais­sez les yeux p…! Vous êtes chez moi ici, vous ne pou­vez rien contre moi ! Je suis intou­chable bande de p…» , aurait pro­fé­ré un jeune homme de 20 ans à leur encontre, selon Le Pari­sien qui a révé­lé mer­cre­di l’information.

« Il nous filme, prend des pho­tos, met ça en ligne…»

La veille, l’homme avait déjà été inter­pel­lé par les enquê­teurs de la bri­gade des stu­pé­fiants de Paris XIII. Mais l’o­pé­ra­tion a fait long feu. Inter­pel­lé à 13h chez lui, il res­sor­tait libre deux heures plus tard sur déci­sion du par­quet, avec les 480 euros retrou­vés dans sa chambre et des télé­phones sai­sis lors de l’interpellation.

La suite