“Nous n’arrêterons jamais l’immigration”, affirme un com­mis­saire euro­péen

“Nous n’arrêterons jamais l’immigration”, affirme un com­mis­saire euro­péen

 

Dimi­tris Avra­mo­pou­los, com­mis­saire euro­péen à la Migra­tion. Pho­to ©Vir­gi­nia Mayo/AP/SIPA

 

“L’Union euro­péenne a accor­dé sa pro­tec­tion à plus de 700 000 per­sonnes l’an der­nier”, affirme Dimi­tris Avra­mo­pou­los, com­mis­saire euro­péen à la Migra­tion, pour s’en féli­ci­ter. Dans une tri­bune parue lun­di sur le site Poli­ti­co, au titre sans équi­voque, “Les migrants d’Europe sont là pour res­ter”, l’ancien homme poli­tique grec appelle à “trou­ver un foyer” pour tous les réfu­giés en Europe, ce qui répon­drait non seule­ment à “un impé­ra­tif moral” mais éga­le­ment à “un impé­ra­tif éco­no­mique et social pour notre conti­nent vieillis­sant”.

Cri­ti­quant des dis­cours “natio­na­listes, popu­listes et xéno­phobes” qui se répan­draient selon lui, notam­ment en Europe de l’Est, le com­mis­saire euro­péen juge que “nos socié­tés [ne res­te­ront pas] homo­gènes et épar­gnées par l’immigration” quand bien même “on éri­ge­rait des clô­tures”. Cette tri­bune vient après une série d’articles du média amé­ri­cain qui repro­chait à l’exécutif euro­péen d’être “trop blanc” et inci­tait Bruxelles à rem­pla­cer une par­tie de son per­son­nel par des “per­sonnes de cou­leur”. Citant ces articles, M. Avra­mo­pou­los regrette que le thème de la diver­si­té ne soit pas assez abor­dé dans le débat public.

La suite