La question environnementale, grande oubliée de la campagne présidentielle.

La question environnementale n’a pas été beaucoup évoquée durant cette campagne, encore moins peut-être qu’il y a cinq ans et beaucoup moins, bien sûr, qu’en 2007, apogée de la préoccupation écologique en France grâce à l’activisme de Nicolas Hulot et à son Pacte pour l’environnement qu’il avait fait signer aux principaux candidats. Certes, quelques prétendants à l’Elysée revendiquent une part d’écologie dans leurs programmes mais les grands médias n’ont guère insisté sur ce thème, et la question fut proprement éludée lors des débats majeurs de la présidentielle, hormis, peut-être, sur le sujet du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et sur ceux de l’énergie nucléaire et des énergies renouvelables.

Ainsi, l’artificialisation des terres et des littoraux peut continuer dans la plus grande indifférence, les candidats prônant une « croissance » qui, par nature, ne peut que poursuivre son grignotage rapide des terres arables et des espaces sauvages au nom de l’emploi ou de la « nécessaire attractivité des territoires » censée être un moteur de l’économie du pays dans la mondialisation, alors qu’elle n’en est plus que l’alibi facile à l’efficacité pas exactement démontrée… C’est bien le piège de cette mondialisation qui enlaidit le local au nom d’un global dont on peut légitimement s’inquiéter des tenants et des aboutissants, et qui sert des intérêts privés, « capitalistiques », formes contemporaines du nouvel âge féodal qui profitent de l’affaiblissement des États, de leurs moyens d’action et de leur autorité politique. Même chose pour la question des semences et des OGM, rappelée dans un livre récent cosigné par Pierre Rabhi et Juliette Duquesne (1), et qui devrait être un véritable thème de campagne si nos candidats voyaient plus loin que le simple quinquennat à venir : il s’agit là du nécessaire maintien de la biodiversité végétale et agricole face à la standardisation et à la privatisation du vivant par de grandes sociétés multinationales qui produisent des semences à l’obsolescence programmée, dégénérant dès la deuxième génération et obligeant les agriculteurs à les racheter chaque année. Mais non, nos « grands candidats » ne s’en soucient guère, et la grande presse, celle qui désormais décide (y compris électroniquement et sur la toile, par le biais d’une nouvelle censure peu sympathique) de ce qui est vrai et de ce qui ne l’est pas, au risque d’étouffer certaines informations dérangeantes et quelques contestations naissantes, n’a pas l’intention de soulever le problème. « Dis-moi qui te paye, et je saurai ce que tu penses », pourrait-on ironiser…

La suite