Michel Tribalat : « Non, les chiffres de l’immigration ne sont pas stables »

Michel Tribalat : « Non, les chiffres de l’immigration ne sont pas stables »

Crédits photo : PHILIPPE HUGUEN/AFP

Le chiffre de 200 000 entrées d’étrangers en provenance des pays tiers est devenu une référence dans les discours politiques et parfois aussi dans les discours académiques. On invoque une stabilité de ce chiffre depuis le début des années 2000, l’immigration aurait ainsi tourné, dit-on, autour de 200 000 depuis. L’alternance politique n’y aurait rien changé. Bref, ce chiffre rond a du succès.

Si l’on prend les statistiques du ministère de l’Intérieur qui produit tous les ans des tableaux sur les admissions au séjour des étrangers en provenance des pays tiers, on ne constate pas cette stabilité invoquée autour de 200 000 entrées par an. Ces statistiques portent sur les premiers titres de séjour délivrés. Force est de constater que le nombre d’entrées jusqu’en 2016 ne peut être qualifié de « stable »

De 2007 à 2016, le nombre d’admissions au séjour a augmenté de près d’un tiers. Si l’indicateur conjoncturel de fécondité passait de 2 enfants par femme à 2,64 enfants en neuf ans, parlerait-on de stabilité de la fécondité en France ?

Comme le graphique ci-dessous l’indique, le flux a augmenté fortement jusqu’en 2010 et a été nettement freiné ensuite. Tel est le bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Avec le quinquennat de François Hollande le flux a repris de plus belle. On avait 172 000 entrées en 2007, on en a eu 193 000 en 2012, puis 228 000 en 2016 (chiffre estimé).

La suite