You are currently viewing Légis­la­tives : l’accord de Fran­çois Fillon avec l’UDI passe mal
French presidential election candidate for the right-wing Les Republicains (LR) party Francois Fillon (L) shakes hands with Jean-Christophe Lagarde, head of France's UDI political party, during a meeting at Fillon's campaign headquarters in Paris on March 14, 2017. / AFP PHOTO / POOL / CHRISTIAN HARTMANN

Légis­la­tives : l’accord de Fran­çois Fillon avec l’UDI passe mal

Fran­çois Fillon et Jean-Chris­tophe Lagarde ©C.HARTMANN-AFP

Plu­sieurs figures de la droite dénoncent la trop grande place accor­dée aux cen­tristes pour les élec­tions légis­la­tives. Ils craignent une inflexion du pro­gramme de Fran­çois Fillon, notam­ment sur les ques­tions de société.

Ancien offi­cier de la marine mar­chande, Xavier Lemoine est de nou­veau dans la tem­pête. Maire de Mont­fer­meil, membre du Par­ti chré­tien-démo­crate (PCD), il était inves­ti par Les Répu­bli­cains (LR) pour être can­di­dat aux légis­la­tives dans la 12e cir­cons­crip­tion de Seine-Saint-Denis. Suite au pacte conclu le 14 mars entre LR et l’Union des démo­crates indé­pen­dants (UDI), il fait par­tie des can­di­dats de droite « sacri­fiés » pour un can­di­dat centriste.

En effet, le pré­sident de l’UDI Jean-Chris­tophe Lagarde a obte­nu 92 cir­cons­crip­tions de Fran­çois Fillon, ain­si que 42 « pri­maires », où les can­di­dats LR et UDI seront en concur­rence lors du pre­mier tour des législatives.

Xavier Lemoine « sacri­fié » en Seine-Saint-Denis

Xavier Lemoine voit donc son inves­ti­ture reti­rée au pro­fit de Ludo­vic Toro, maire UDI de Cou­bron, et proche de Jean-Chris­tophe Lagarde. « Dés­in­ves­ti », le maire de Mont­fer­meil se pose de « sérieuses ques­tions » sur la stra­té­gie de Fran­çois Fillon. « C’est l’électorat conser­va­teur qui l’a por­té lors des pri­maires. C’est l’électorat conser­va­teur qui lui a sau­vé la mise à la mani­fes­ta­tion du Tro­ca­dé­ro. Fran­çois Fillon le tra­hi­rait de manière éhon­tée ? », inter­roge l’édile. « Si nous visons le moindre mal, alors il faut sou­te­nir Fran­çois Fillon, mais sans aucune illu­sion. À un moment don­né, il fau­dra se fâcher ! », pré­vient Xavier Lemoine, tou­jours sou­te­nu par le pré­sident de la fédé­ra­tion LR de Seine-Saint-Denis, le séna­teur-maire de Pavillons-sous-Bois Phi­lippe Dal­lier, qui fait cam­pagne pour lui.