Législatives : l’accord de François Fillon avec l’UDI passe mal
French presidential election candidate for the right-wing Les Republicains (LR) party Francois Fillon (L) shakes hands with Jean-Christophe Lagarde, head of France's UDI political party, during a meeting at Fillon's campaign headquarters in Paris on March 14, 2017. / AFP PHOTO / POOL / CHRISTIAN HARTMANN

Législatives : l’accord de François Fillon avec l’UDI passe mal

François Fillon et Jean-Christophe Lagarde ©C.HARTMANN-AFP

Plusieurs figures de la droite dénoncent la trop grande place accordée aux centristes pour les élections législatives. Ils craignent une inflexion du programme de François Fillon, notamment sur les questions de société.

Ancien officier de la marine marchande, Xavier Lemoine est de nouveau dans la tempête. Maire de Montfermeil, membre du Parti chrétien-démocrate (PCD), il était investi par Les Républicains (LR) pour être candidat aux législatives dans la 12e circonscription de Seine-Saint-Denis. Suite au pacte conclu le 14 mars entre LR et l’Union des démocrates indépendants (UDI), il fait partie des candidats de droite « sacrifiés » pour un candidat centriste.

En effet, le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde a obtenu 92 circonscriptions de François Fillon, ainsi que 42 « primaires », où les candidats LR et UDI seront en concurrence lors du premier tour des législatives.

Xavier Lemoine « sacrifié » en Seine-Saint-Denis

Xavier Lemoine voit donc son investiture retirée au profit de Ludovic Toro, maire UDI de Coubron, et proche de Jean-Christophe Lagarde. « Désinvesti », le maire de Montfermeil se pose de « sérieuses questions » sur la stratégie de François Fillon. « C’est l’électorat conservateur qui l’a porté lors des primaires. C’est l’électorat conservateur qui lui a sauvé la mise à la manifestation du Trocadéro. François Fillon le trahirait de manière éhontée ? », interroge l’édile. « Si nous visons le moindre mal, alors il faut soutenir François Fillon, mais sans aucune illusion. À un moment donné, il faudra se fâcher ! », prévient Xavier Lemoine, toujours soutenu par le président de la fédération LR de Seine-Saint-Denis, le sénateur-maire de Pavillons-sous-Bois Philippe Dallier, qui fait campagne pour lui.