Un poli­cier tué par un assaillant sur les Champs-Ely­sées à Paris

Un poli­cier tué par un assaillant sur les Champs-Ely­sées à Paris

Des véhi­cules de police sur l’avenue des Champs Ely­sées après l’attaque. AP
Des poli­ciers de la 32e com­pa­gnie d’intervention de la direc­tion de l’ordre public et de la cir­cu­la­tion de la pré­fec­ture de police de Paris (DOPC) ont été atta­qués à l’arme à feu jeu­di 20 avril vers 21 heures lors d’une fusillade sur l’avenue des Champs-Ely­sées à Paris. L’un d’entre eux a été tué et deux autres bles­sés. L’assaillant a été abat­tu, a fait savoir la pré­fec­ture de police de Paris au Monde.

Une source poli­cière a fait savoir au Monde que l’assaillant est arri­vé en voi­ture, est sor­ti et a ouvert le feu sur un car de police à l’arme auto­ma­tique. Il a tué l’un des poli­ciers et a essayé de s’en prendre aux autres tout en cou­rant, puis il a été abat­tu. Les poli­ciers de la com­pa­gnie atta­quée « étaient en sur­veillance sta­tique, dans un véhi­cule à l’arrêt. Ils ont été pris pour cible », a expli­qué au Monde Phi­lippe Capon, du syn­di­cat UNSA Police.

La sec­tion anti­ter­ro­riste de la police judi­ciaire saisie

Le par­quet de Paris a sai­si la sec­tion anti­ter­ro­riste de la police judi­ciaire ain­si que la direc­tion géné­rale de la sécu­ri­té inté­rieure (DGSI) d’une enquête en flagrance.

La pré­fec­ture de police a aver­ti sur Twit­ter qu’une inter­ven­tion était en cours, appe­lant à évi­ter le sec­teur. Le quar­tier a été cir­cons­crit et d’importantes forces de police y ont été déployées. Un héli­co­ptère sur­vo­lait la zone dans la soirée.

La suite