You are currently viewing « C News » rejoin­drait elle la cohorte des chaines d’information décé­ré­brées pen­dant les vacances ?

« C News » rejoin­drait elle la cohorte des chaines d’information décé­ré­brées pen­dant les vacances ?

Par Oli­vier Perceval

L’heure des pros sans Pas­cal Praud, c’est comme un vin mous­seux com­pa­ré au Cham­pagne. On se la joue libre et indé­pen­dant, mais on prend soin de res­ter dans les clous de la conve­nance offi­cielle et sur­tout on ne cherche pas à trier le vrai du faux. Je ne suis pas un défen­seur hys­té­rique du doc­teur Raoult, mais il est clair que dans l’émission de jeu­di 4 août matin, l’animateur Julien Pas­quet ne fait pas sérieu­se­ment son métier de jour­na­liste en relayant l’information dif­fu­sée mas­si­ve­ment par les médias « main Stream » sur la der­nière décla­ra­tion de Didier Raoult sur le « Vicks Vaporub ».

Le pro­pos contro­ver­sé est extrait de la der­nière vidéo du pro­fes­seur mar­seillais et en l’écoutant atten­ti­ve­ment on constate qu’il ne parle pas du Vapo­rub mais du Vicks, que les gens de ma géné­ra­tion ont lar­ge­ment uti­li­sé sous forme de stick inha­la­teur que l’on res­pi­rait par  le nez et que l’on connais­sait sous ce nom. Et voi­là que le labo­ra­toire fait une mise au point en pre­nant l’éminent scien­ti­fique pour une buse, alors que l’épicerie phar­ma­ceu­tique connait très bien ses propres pro­duits et ne peut confondre la pom­made Vapo­rub avec l’inhalateur.  Que tous les médias se ruent et s’associent à cette nou­velle scène de lyn­chage ne me sur­prend pas, mais que CNews, fière de sa liber­té et de son pro­fes­sion­na­lisme jour­na­lis­tique, se joigne à la cohorte est très déce­vant. Ce n’est assu­ré­ment pas pour cela que nous sommes si nom­breux à avoir choi­si cette chaine. Les invi­tés de Mon­sieur Pas­quet, Lydia Gui­rous (qui nous a habi­tué à plus de pru­dence), Sté­phane Mani­gold, Alexandre Saa­da du MODEM et Michel Taube se ruent sur l’occasion de juger et condam­ner le pro­fes­seur (mais qui sont-ils ?)

Aucun des com­men­ta­teurs ne s’interroge sur le fond de la phrase de Raoult qui se demande pour­quoi si peu de labo­ra­toires font des recherches sur l’efficacité de molé­cules exis­tantes et cite pour exemple la Cyclo­spo­rine, l’Ivermectine, la vase­line (pour pro­té­ger les muqueuses) et… le Vicks. Il est évident à tout esprit hon­nête qu’il aurait pu en citer d’autres car son pro­pos n’était pas de pro­po­ser tel ou tel trai­te­ment. En revanche, il évoque bien la cor­rup­tion qui règne dans les milieux liés aux labo­ra­toires de recherche. Là-des­sus silence radio ou plu­tôt silence TV !

Pour enfon­cer le clou, le même Julien Pas­quet se per­met de pré­ci­ser par quelques exemples que Raoult a l’habitude de se trom­per, igno­rant déli­bé­ré­ment toutes les fois où il a eu rai­son. Le som­met est atteint, quand il liste les trai­te­ments pos­sibles avec l’affirmation gra­tuite qu’aucun ne marche, là encore sans aucune source ni pos­si­bi­li­té de contradiction.

Pas­sons sur l’Hydroxychloroquine dont le pro­cès à charge et la condam­na­tion ont  été consom­més sans la moindre étude scien­ti­fique sérieuse, mais aujourd’hui le pseu­do jour­na­liste s’en prend aus­si à l’Ivermectine   alors que l’Institut Pas­teur semble mon­trer que ce trai­te­ment est por­teur d’espoir comme l’atteste la revue : EMBO Mole­cu­lar Medicine :

« Depuis le début de la pan­dé­mie de Covid-19, dif­fé­rentes approches thé­ra­peu­tiques ont été explo­rées pour lut­ter contre la mala­die. Des cher­cheuses et cher­cheurs de l’Institut Pas­teur ont mon­tré que l’Ivermectine, une molé­cule com­mer­cia­li­sée comme trai­te­ment anti­pa­ra­si­taire, pro­tège des symp­tômes de la Covid-19 dans un modèle ani­mal. Les scien­ti­fiques ont obser­vé que la prise d’Ivermectine est asso­ciée à une limi­ta­tion de l’inflammation des voies res­pi­ra­toires et des symp­tômes qui en découlent. Ce trai­te­ment est éga­le­ment asso­cié à une pro­tec­tion contre la perte d’odorat. Tou­te­fois, les résul­tats ne montrent pas d’effet de la molé­cule sur la répli­ca­tion virale du SARS-CoV‑2. Les résul­tats de l’étude sug­gèrent que l’i­ver­mec­tine pour­rait être consi­dé­rée comme un agent thé­ra­peu­tique contre la Covid-19. Ces résul­tats ont été publiés dans la revue EMBO Mole­cu­lar Medi­cine, le 12 juillet 2021. »

Nous sommes déjà assié­gés par la pen­sée unique et obli­ga­toire et nous étions comme beau­coup de Fran­çais heu­reux du bol d’oxygène que nous appor­tait CNews dans cet uni­vers vicié.  Le manque de pro­fes­sion­na­lisme et l’incapacité d’objectiver l’information res­tent les stig­mates les plus pro­fonds du jour­na­lisme du 21ème siècle.