La mon­tée de l’extrême droite en Alle­magne ?

La mon­tée de l’extrême droite en Alle­magne ?

Par Oli­vier Per­ce­val

Une bonne par­tie de la presse, dont Marianne, tombe à bras rac­cour­cis sur Rachi­da Dati avec une mau­vaise foi confon­dante, suite à son inter­ven­tion sur une chaine d’information conti­nue au cours de laquelle elle ins­crit le drame d’Hanau comme une consé­quence de la poli­tique migra­toire irres­pon­sable d’Angéla Mer­kel.

Qu’il y ait une mon­tée du racisme dans ce pays, en dehors du fait que ce soit natu­rel­le­ment condam­nable, n’est pas éton­nant, et que des dés­équi­li­brés passent à l’acte, si on se réfère au nombre de dés­équi­li­brés isla­mistes qui tuent, pas éton­nant non plus. Pour­tant, on ne peut s’arrêter à ce simple constat que l’extrême droite, voire, disons-le, le nazisme fait à nou­veau émer­ger ses naseaux fumants de haine à l’Est du Rhin. C’est une spé­cia­li­té de la gauche, aus­si de ceux qui, de droite dite répu­bli­caine, ont défi­ni­ti­ve­ment opté pour l’indignation à sens unique, de ne jamais cher­cher les causes des drames de notre socié­té d’aujourd’hui. Depuis le temps qu’ils guettent la res­pon­sa­bi­li­té d’une extrême droite fan­tas­mée dans la mon­tée de l’antisémitisme, qu’ils cherchent à débus­quer les pro­pos racistes de petits blancs dans les bis­trots pour assé­ner avec grands ren­forts média­tiques la renais­sance de la bête immonde, voi­là qu’un dingue leur offre sur un pla­teau (télé) une tra­gé­die en 3D. C’était ines­pé­ré pour faire valoir à nos yeux éba­his, que le pro­blème de notre socié­té est aujourd’hui, après les popu­listes et, sous-enten­du en lien avec eux, la mon­tée du fas­cisme et même du nazisme.

Voi­là de quoi ali­men­ter l’ardeur de tous les « anti-fa » du monde.

Qu’en est-il en réa­li­té ?

Nous pou­vons pen­ser, en effet, que la socié­té s’est cris­pée, après les viols, agres­sions et autres faits divers émaillant l’actualité alle­mande du fait de l’augmentation spec­ta­cu­laire du nombre d’immigrés.

Voi­là une occa­sion ines­pé­rée de viser l’AFD, qui grap­pille à chaque élec­tion des sièges aux autres par­tis, en par­ti­cu­lier libé­raux démo­crates. Deve­nu depuis 2017 la prin­ci­pale force d’op­po­si­tion au Bun­des­tag avec 89 élus grâce à la géné­ro­si­té d’Angela Mer­kel d’accueillir plus d’un mil­lion de deman­deurs d’a­sile en 2015 et 2016, Il fal­lait arrê­ter à tout prix cette ascen­sion dan­ge­reuse.

Il ne faut pas s’attendre à ce que les vrais fau­tifs nous déclarent : « Oui, c’est vrai, nous avons com­mis une erreur. Nous avons été trop bru­taux pour ins­tal­ler de cette façon la socié­té mul­ti­cul­tu­relle que nous imposent les archi­tectes du mon­dia­lisme ». Et Mer­kel pour­rait ajou­ter : « j’ai vou­lu me mon­trer zélée, un peu trop sans doute ».

Alors, que « ça pète de par­tout », que des buveurs de bière à croix gam­mée sortent de leurs trous pour bas­ton­ner des noirs ou des arabes, que des dingues tirent au hasard sur le pre­mier bar à chi­cha croi­sé en che­min, cela n’a rien de très éton­nant et était pré­vi­sible. La nature humaine est ce qu’elle est, mais quand on veut chan­ger radi­ca­le­ment la vie du petit peuple, lui impo­ser, en plus d’une insé­cu­ri­té crois­sante, une reli­gion par trop enva­his­sante sur fond d’attentats récur­rents, il faut s’attendre que cer­tains des couches les plus fra­giles de nos popu­la­tions, (le lum­pen­pro­lé­ta­riat), puissent effec­ti­ve­ment pas­ser à l’acte. Du reste, cela a été dit sur les ondes, les sala­fistes ont ins­crit dans leur stra­té­gie le déclen­che­ment de guerres civiles dans les pays d’accueil. La tra­gé­die de Hanau, sert leur cause dans cette pers­pec­tive.

Alors, on peut se faire peur, et pour sau­ver les élec­tions, atti­rer l’attention sur les grou­pus­cules néo-nazis en les reliant sys­té­ma­ti­que­ment aux grands par­tis de la droite décom­plexée (curieu­se­ment, les grands médias euro­péens ne se sont pas émus à Kiev, du rôle déter­mi­nant des nazis de « Pra­vy Sek­tor » à  Maï­dan avec qua­rante morts  rus­so­phones) . Mais avant de dénon­cer la mon­tée de l’extrême droite et d’agiter le spectre de l’hydre nazie, les appren­tis sor­ciers du mul­ti­cul­tu­ra­lisme devraient com­men­cer par balayer devant leur porte.