You are currently viewing Mémoire du futur

Mémoire du futur

« Il a fal­lu trente ans pour res­tau­rer la plus vieille église de La Cha­pelle-Basse-Mer (XIe siècle), grâce à la volon­té du pro­prié­taire, de dona­teurs et de cen­taines de béné­voles qui ont don­né de leur temps. » 

Retrou­vez l’ar­ticle de Ouest France à l’oc­ca­sion de la remise du prix dépar­te­men­tal des Vieilles Mai­sons Fran­çaises (VMF Loire – Atlan­tique), qui a eu lieu le 27 juillet der­nier à La Cha­pelle-Basse-Mer.

« La pre­mière église construite à La Cha­pelle-Basse-Mer date du XIe siècle. Après bien des vicis­si­tudes, elle se dresse à nou­veau fiè­re­ment sur un coteau de la rive gauche de la Loire. Une petite cen­taine d’invités est venue fêter, mar­di, la fin de la res­tau­ra­tion de la cha­pelle Saint-Pierre-ès-Liens.

Au fil des siècles, la petite cha­pelle a été agran­die. Elle fut église et prieu­ré. Elle a même don­né son nom à la com­mune. Mais, elle a subi les aléas de l’histoire du fait de sa situa­tion géo­gra­phique, « à la fron­tière avec la France, située à un kilo­mètre ». La période de la Révo­lu­tion fran­çaise fut l’une des plus ter­ribles. « Elle fut incen­diée et quatre-vingt-neuf per­sonnes périrent brû­lées à l’intérieur », a sou­li­gné Rey­nald Sécher, pro­prié­taire du site et his­to­rien local.

Un prix pour la restauration

« Après avoir été détruite, igno­rée, van­da­li­sée, elle était en ruine quand j’en suis deve­nu pro­prié­taire, en 1993 », explique Rey­nald Sécher. Il a créé Mémoire du futur, une asso­cia­tion pour la res­tau­rer et la trans­mettre. Il n’a reçu aucune sub­ven­tion, mais il a pu comp­ter sur un réseau de dona­teurs et une armée de béné­voles. « On a réus­si cette res­tau­ra­tion grâce à deux cents jeunes venus du monde entier par­ti­ci­per aux chan­tiers, chaque été, pen­dant près de trente ans », se féli­cite Rey­nald Sécher. Ils ont d’abord œuvré dans la cha­pelle, res­tau­rée en 1999, puis dans la sacris­tie, le cloître et la crypte avec des fonts bap­tis­maux. Un mémo­rial a aus­si été construit.

En 2021, il res­tait à peau­fi­ner les sols et l’électricité, qui ont été ache­vés récem­ment. Et puis, il fal­lait mar­quer la fin du gros œuvre et pré­sen­ter l’ensemble de ce patri­moine res­tau­ré à tous ceux qui ont sou­te­nu l’aventure. L’occasion aus­si pour ​Vieilles mai­sons fran­çaises (VMF-44) de remettre un prix dépar­te­men­tal. Fran­çois Hélie de la Harie, son délé­gué dépar­te­men­tal, s’en est char­gé. Une recon­nais­sance pour Rey­nald Sécher et tous ceux qui ont tra­vaillé à la renais­sance de la cha­pelle Saint-Pierre-ès-Liens. »

https://www.ouest-france.fr/…/divatte-sur-loire-la…

Dépar­te­ment de Loire-Atlan­tique Région Pays de la Loire Pays de la Loire Tou­risme Tou­risme en Loire-Atlantique