La France est sau­vée ! Ben­ze­ma est de retour !

La France est sau­vée ! Ben­ze­ma est de retour !

Par Laurent Lopez

D’aucuns par­ta­ge­ront sans doute avec moi le sen­ti­ment que depuis bien long­temps nos médias dis­pensent les mêmes informations.

Tou­jours les mêmes faits. Sui­vis, tou­jours, des mêmes commentaires.

La vio­lence et la bar­ba­rie sont aujourd’hui deve­nues d’une bana­li­té consternante.

Chaque jour des émeutes « animent » nos quar­tiers « sensibles ».

Quo­ti­dien­ne­ment pom­piers, poli­ciers et gen­darmes sont agres­sés, voire tués.

Régu­liè­re­ment des femmes sont assas­si­nées, par­fois dans des condi­tions épou­van­tables, par leur conjoint.

Avec la régu­la­ri­té d’un métro­nome, jour­na­listes, « experts » et res­pon­sables poli­tiques nous assènent les mêmes com­men­taires, les mêmes expli­ca­tions, les mêmes justifications…

La majo­ri­té pré­si­den­tielle tente de démon­trer qu’elle est à la hau­teur, tan­dis que les membres de l’opposition expliquent qu’ils auraient fait mieux…

Tous adoptent des pos­tures liées aux cir­cons­tances et à la pers­pec­tive des pro­chaines élections…

Bref, rien de bien nouveau.

Alors que nous assis­tons à ce triste spec­tacle, notre éco­no­mie est chan­ce­lante, des entre­prises dis­pa­raissent et notre dette est au plus haut. A ce pro­pos, bien que les caisses du pays soient vides, notre pré­sident joue les grands sei­gneurs en annu­lant la dette du Soudan.

Certes, cinq mil­liards d’euros, c’est une brou­tille ! Mais qu’en pensent nos soi­gnants et nos poli­ciers sous-payés, les­quels attendent encore le règle­ment des heures sup­plé­men­taires effectuées ?

Bien sûr, une très grande majo­ri­té de nos com­pa­triotes déplore tout ce qui pré­cède. Le « petit peuple » râle, gronde, menace. Les médias aux ordres peinent désor­mais à édul­co­rer les faits. Les termes « jeunes », « inci­vi­li­tés », « inci­dents » et « quar­tiers sen­sibles » n’abusent plus personne…

Cepen­dant, la lumière vient de jaillir ! Habi­le­ment, voi­ci que l’on oriente son fais­ceau vers ce qui détourne l’attention du public : Ben­ze­ma est de retour !

Quoi de mieux pour faire oublier aux Fran­çais leur morne quotidien ?

Panem et cir­cences. Du pain et des jeux. Les gla­dia­teurs de l’empire romain ont lais­sé place aux mul­ti­mil­lion­naires du football…

Si Karim Ben­ze­ma est un joueur de très haut niveau, je ne compte pas par­mi ses lau­da­teurs. A l’instar du maire de Béziers, Robert Ménard, je n’apprécie pas cet indi­vi­du qui crache pen­dant la Mar­seillaise et dont le cœur bat davan­tage pour l’Algérie que pour la France.

Curieux pays tout de même que le nôtre. Car même si com­pa­rai­son n’est pas rai­son, on peut néan­moins s’interroger sur la froi­deur des com­mé­mo­ra­tions du bicen­te­naire de la mort de Napo­léon vou­lu par Emma­nuel Macron, et l’enthousiasme de celui-ci quant au retour en équipe de France de sieur Benzema.

La France est à la hau­teur des héros qu’elle se donne. C’est peut-être ce qui explique la situa­tion de notre pays aujourd’hui…