Anti­sé­mi­tisme, isla­misme et racisme… bien­ve­nue chez Dem­ba Ba

Anti­sé­mi­tisme, isla­misme et racisme… bien­ve­nue chez Dem­ba Ba

Il était le héros de la soi­rée qui aura vu le match PSG-Istam­boul BB arrê­té pour une sombre affaire de racisme. Le joueur d’Istamboul Dem­ba Ba est sor­ti de son banc pour aller pas­ser un savon au qua­trième arbitre rou­main qui aurait qua­li­fié l’entraîneur adjoint du club turc « d’homme noir ».
La presse a donc célé­bré comme il se doit ce nou­vau héraut de l’antiracisme dans une flo­pée d’articles encenseurs :

PSG-Basak­se­hir : Dem­ba Ba, lea­der de ves­tiaire https://t.co/Gf4mqOgsdd via @libe

— Romain Boul­ho (@RomainBoulho) Decem­ber 9, 2020

Pierre Achille Webo et Dem­ba Ba, les foot­bal­leurs qui ont dit « non au racisme » https://t.co/RGbwsBnLuQ

— Le Monde (@lemondefr) Decem­ber 9, 2020

Or, on ne devrait jamais écrire d’article avant d’avoir véri­fié les faits. Libé­ra­tion et Le Monde, pros du « fact-che­cking », devraient le savoir. Il fal­lait comp­ter sur une inter­naute opi­niâtre pour dérou­ler la véri­té sur le joueur Dem­ba Ba, dont le compte Twit­ter se révèle être édifiant…

La suite