Vio­lences meur­trières : Sau­ver l’héritage en atten­dant l’héritier

Vio­lences meur­trières : Sau­ver l’héritage en atten­dant l’héritier

L’éditorial de Phi­lippe Schnei­der (La Lor­raine royaliste)

La France – et non la répu­blique qui n’est que le nom d’un régime poli­tique – est de nou­veau endeuillée. A Ram­bouillet, un crime abo­mi­nable a eu lieu : une employée de la police a été égor­gée à l’entrée du com­mis­sa­riat. Nous pré­sen­tons toutes nos condo­léances à sa famille, à la police natio­nale. Qu’elle repose en paix. Il s’agit de nou­veau d’un crime com­mis par un « isla­miste ». Évi­dem­ment, cela ne peut être évi­té tota­le­ment mais nous ne pou­vons que nous poser des ques­tions lorsque l’on sait qu’il s’agit d’un immi­gré venu clan­des­ti­ne­ment en France. Il était connu et pour­tant il est res­té dans notre pays, trou­vant même un tra­vail. Il n’aurait pas du être là mais expul­sé depuis long­temps ! De manière géné­rale, tous ceux qui viennent en France clan­des­ti­ne­ment devraient sys­té­ma­ti­que­ment être expul­sés sans pos­si­bi­li­té de recours et sans avoir droit à aucune aide finan­cière ni à aucun tra­vail. Ils se mettent d’eux-mêmes hors la loi. Et le gou­ver­ne­ment devrait faire en sorte que cela se sache par­tout dans le monde. Une telle mesure décou­ra­ge­rait auto­ma­ti­que­ment, à condi­tion qu’elle soit appli­quée sans fai­blesse, le désir de venir et donc, du même fait, il n’y aurait plus – ou moins – de vic­times des tra­fics. L’Union Euro­péenne ne serait pas d’accord, dit-on ? Et alors ? Il n’en ait évi­dem­ment pas de même de ceux qui viennent léga­le­ment en France ou de ceux qui y sont déjà léga­le­ment. C’est un autre sujet, mais c’est sans doute toute la poli­tique « migra­toire » qu’il fau­drait revoir.

Comme pour tous les pro­blèmes, nous devrions les étu­dier en fonc­tion des inté­rêts et du futur de la France et des Fran­çais. Le pro­blème est que nos gou­ver­nants et le pré­sident en pre­mier ne veulent pas que la France ait un « futur ». Ils semblent de plus en plus menés – outre leurs ambi­tions per­son­nelles – par une haine farouche de notre pays. C’est par­ti­cu­liè­re­ment vrai pour Emma­nuel Macron. Nous ne pou­vons que le consta­ter à tra­vers ses propres décla­ra­tions : il avait déjà dit que la France avait com­mis des « crimes contre l’humanité » en Afrique ou ailleurs, ce qui est faux (le seul crime contre l’humanité que la France ait com­mis – son gou­ver­ne­ment répu­bli­cain pour être plus pré­cis – s’est pas­sé sur le ter­ri­toire natio­nal, spé­cia­le­ment – mais pas uni­que­ment – en Ven­dée).  Sont venus ensuite les rap­ports sur l’Algérie et le Rwan­da, tous deux men­son­gers et par­tiaux comme Ber­nard Lugan l’a fort bien démon­tré (voir notre numé­ro 369). Sous cou­vert « d’objectivité », ils étaient faits pour dis­cré­di­ter l’action de la France. Enfin, le pire peut-être, et en anglais, voi­là Macron décla­rant sur une chaîne amé­ri­caine « CBS » qu’il fal­lait « décons­truire » l’Histoire de France. Il se range ain­si par­mi ceux qui se nomment « déco­lo­niaux » et qui veulent que les Fran­çais « s’excusent » pour leurs « erreurs » pas­sées. Et bien non, nous sommes fiers de notre pas­sé, de notre his­toire. Bien sur, il y a eu des moments plus dif­fi­ciles, moins glo­rieux que d’autres, sur­tout depuis 1789, mais la France, dans l’ensemble, ne peut qu’être fière de son pas­sé et les Fran­çais fiers de leurs ancêtres. Et ceci contrai­re­ment à beau­coup d’autres pays !

En fait, Emma­nuel Macron, en déni­grant la France, se fait le repré­sen­tant du mon­dia­lisme et de son idéo­lo­gie qui ne veut plus de pays indé­pen­dants et dif­fé­rents. Il fait le « job » qui lui a été assi­gné jusqu’à ce qu’il ne fasse plus « l’affaire » et soit rem­pla­cé ! Tous les pays doivent suivre l’américanisme déca­dent tel qu’il se déve­loppe aux USA depuis des décen­nies et s’aggravant depuis l’élection de Biden. Il est vrai que chez eux, contrai­re­ment à nous, il y eut – il y a peut-être encore – du racisme, mais c’est très anglo-saxon, germanique !

En vou­lant copier les amé­ri­cains, nous fini­rons pas intro­duire chez nous le racisme sous cou­vert « d’antiracisme ». C’est déjà le cas quand nous voyons les actions des « racialistes ».

Et puis, si nous vou­lons vrai­ment que ces popu­la­tions venues de l’étranger proche ou loin­tain, puissent vivre chez nous, il faut qu’elles s’assimilent. Il faut donc qu’ils apprennent à aimer la France, son pas­sé, son his­toire, qu’ils finissent par se sen­tir, comme nous, les héri­tiers de son  pas­sé pres­ti­gieux. C’est ce que cer­tains appellent le « roman natio­nal » bien que je n’aime pas beau­coup cette expres­sion.  Avec ce que Macron dit et fait, ils n’auront que de la haine pour nous et nous mépri­se­ront avec rai­son, comme d’ailleurs les autres pays ! Mais peut-être est-ce ce qu’il veut pour détruire défi­ni­ti­ve­ment notre pays.

Mais il ne réus­si­ra pas et ces com­pères répu­bli­cains, pseu­do adver­saires mais vrais com­plices, non plus. La France doit se redres­ser et nous devons y tra­vailler en fai­sant connaître notre his­toire mais aus­si poli­ti­que­ment en fai­sant connaître aux Fran­çais la voie du salut public. Sachons sau­ver l’héritage en atten­dant que l’hériter, notre Roi, reprenne sa place à la tête de notre France.