Atten­tat de Londres : des Fran­çais figurent par­mi les victimes

Atten­tat de Londres : des Fran­çais figurent par­mi les victimes

Same­di soir dans les rues de Londres Cré­dits pho­to : Yui Mok/AP

Le ter­ro­risme n’a lais­sé que quelques jours de répit à la Grande Bre­tagne. Deux semaines après l’at­ten­tat de Man­ches­ter, deux attaques ont frap­pé le cœur de Londres same­di soir. Bilan : au moins sept morts, et plu­sieurs dizaines de bles­sés, dont sept Fran­çais. Quatre d’entre eux sont dans un « état grave », et un Fran­çais a été tué pen­dant l’at­taque, a annon­cé dimanche à Tunis le ministre fran­çais des Affaires étran­gères, Jean-Yves Le Drian. « Un com­pa­triote est tou­jours por­té dis­pa­ru », a‑t-il ajouté.

La sec­tion anti­ter­ro­riste du par­quet de Paris a ouvert une enquête. Les inves­ti­ga­tions ont été confiées à la Sous-direc­tion anti­ter­ro­riste (Sdat) et à la Direc­tion géné­rale de la sécu­ri­té inté­rieure (DGSI).

Dimanche midi, France 2 a indi­qué que ces 4 per­sonnes étaient 3 femmes et 1 homme, tous habi­tant la capi­tale bri­tan­nique. Une femme a été poi­gnar­dée et opé­rée toute la nuit.

D’a­près l’É­ly­sée, Emma­nuel Macron a été tenu infor­mé heure par heure la nuit der­nière de la situa­tion y com­pris celle des res­sor­tis­sants fran­çais. Le pré­sident de la Répu­blique était dimanche après-midi en train de s’en­tre­te­nir avec les familles des quatre vic­times fran­çaises bles­sées dans l’at­ten­tat. Il a déjà eu « un cer­tain nombre d’entre elles », a‑t-on encore indi­qué, pré­ci­sant qu’il leur avait « expri­mé la pleine soli­da­ri­té du pays dans cette épreuve, ain­si qu’à leurs proches, et (avait) témoi­gné de son affec­tion ». Le chef de l’É­tat a éga­le­ment pro­fi­té de ces conver­sa­tions télé­pho­niques pour « faire le point sur leurs besoins et sur la situa­tion de leur famille ». Il a éga­le­ment « rap­pe­lé que la France était à leurs côtés dans cette épreuve ».

La suite