Du gaullisme au néo-conservatisme, comment la diplomatie française est devenue atlantiste

Crédits photo : PIERRE VERDY/AFP

FIGAROVOX. – Qu’est-ce que « l’atlantisme » ? Une suprématie ou une soumission ? Peut-on aussi l’entendre comme une coopération d’égaux ?

Hadrien DESUIN. – L’atlantisme est un courant de pensée très ancien. Dès la Première Guerre Mondiale, des personnalités politiques comme Léon Bourgeois prônent la mise en place d’une diplomatie à l’américaine, ce que Pierre Hassner a appelé « wilsonisme botté ». Léon Bourgeois fut le premier président de la SDN en 1919. Le Président Wilson, fils de pasteur presbytérien de Virginie, voulait en finir avec la vieille diplomatie européenne. Selon lui le droit et la morale devaient remplacer les notions d’équilibre des forces et de concert des Nations. Avec le traité de Versailles imposé à l’Allemagne et à l’Autriche-Hongrie, il proposait à l’ancien monde une évangélisation démocratique sous garantie américaine. Avec les résultats que l’on sait.

Dans la relation transatlantique, il faut, au-delà des grands discours, mesurer le rapport de forces entre alliés. L’Amérique n’est certes plus l’hyperpuissance des années 90. Elle n’en reste pas moins la première puissance au monde et son budget militaire est encore supérieur à la totalité de ses concurrents ou partenaires. Elle finance à 70 % la défense européenne grâce à l’OTAN. Il n’y a donc pas d’égalité dans les rapports transatlantiques. Les puissances européennes sont largement morcelées et disproportionnées. L’Europe de la défense, dépendante de Bruxelles est congelée à l’état embryonnaire depuis dix ans. Sur le continent européen, seules les armées françaises et britanniques sont encore « autonomes », la Turquie étant un cas à part.

La suite