You are currently viewing Qui a inté­rêt à faire de la Rus­sie un repoussoir ?
High Representative of the European Union Josep Borrell meets with his counterpart Russian Foreign Minister Sergei Lavrov in Moscow at the MFA Grand Mansion on February 05, 2021.

Qui a inté­rêt à faire de la Rus­sie un repoussoir ?

M. Bor­rell, pour­tant affu­blé du titre pom­peux de haut repré­sen­tant de l’Union [euro­péenne] pour les affaires étran­gères et la poli­tique de sécu­ri­té, s’en est reve­nu tout penaud de Moscou.

Humi­lié même par les pro­pos de son inter­lo­cu­teur russe, M. Lavrov, ministre des Affaires étran­gères, qui lui a fait savoir expli­ci­te­ment que la Rus­sie ne pou­vait avoir confiance dans une Union euro­péenne dépour­vue et d’une défense et d’une diplo­ma­tie com­munes à ses vingt-sept membres.

Cynisme ou naï­ve­té, M. Bor­rell déclare y être allé ce 5 février « pour véri­fier si la Rus­sie était dis­po­sée à inver­ser la ten­dance néga­tive de nos rela­tions ». Y fût-il allé pour pro­po­ser un chan­ge­ment dans l’attitude hos­tile de l’U.E. à l’égard de la Rus­sie, il eût sans doute obte­nu une réponse plus satis­fai­sante. Voi­là en effet des années, en fait depuis l’implosion de l’U.R.S.S., que le camp occi­den­tal, c’est-à-dire pour l’essentiel les Etats-Unis et son satel­lite euro­péen, traitent la Rus­sie par le mépris et les sanc­tions. L’hostilité est fla­grante dès le début, les Occi­den­taux pro­fi­tant de la situa­tion créée par la dis­pa­ri­tion de l’U.R.S.S. pour mener à bien, via l’Otan, un début d’encerclement pla­çant les Russes sur la défen­sive et les inci­tant ain­si à des actions pré­ven­tives en Ukraine et en Crimée.

La suite