You are currently viewing Pour­quoi s’en­ga­ger à l’Ac­tion française ?

Pour­quoi s’en­ga­ger à l’Ac­tion française ?

Des­crip­tion

L’Action fran­çaise est aujourd’hui le plus ancien et, dans sa conti­nuelle vita­li­té, le plus constam­ment jeune des mou­ve­ments poli­tiques, toutes ten­dances confon­dues. Elle se renou­velle à chaque géné­ra­tion, dans la per­ma­nence, sans cesse ravi­vée et adap­tée, d’une doc­trine, d’une vision, d’une action. Certes, hic et nunc, elle n’a pas atteint – pas encore ! – le terme logi­que­ment pré­vu et ardem­ment sou­hai­té de sa rai­son d’être.

 Dans les graves cir­cons­tances actuelles et dans la suite des leçons du pas­sé, il n’y a là pour­tant que la confir­ma­tion des ana­lyses répé­tées de l’Action fran­çaise sur le mal essen­tiel du régime répu­bli­cain dont l’unique pré­oc­cu­pa­tion est de se main­te­nir en se défaus­sant sur la France de tous les désastres dont il est, lui et lui seul, le véri­table res­pon­sable. L’Action fran­çaise exerce encore et main­te­nant son même magis­tère tant dans la for­mu­la­tion des idées qui gardent toute leur cohé­rence dans l’incessant renou­vel­le­ment que leur four­nit l’actualité, que dans la ligne d’action intel­li­gente qui est pro­po­sée, aus­si éloi­gnée d’un acti­visme sté­rile, à court terme et rapi­de­ment désuet, que d’un replie­ment orgueilleux dans une tour d’ivoire égoïste où il ne s’agit plus que de contem­pler d’un œil froid la déli­ques­cence de la nation fran­çaise. La Répu­blique n’est pas néces­saire à la France. Elle est en son prin­cipe même, un mode de gou­ver­ne­ment détes­table pour notre pays. Se débar­ras­ser du régime répu­bli­cain per­met­trait à la France de vivre. La France a plus que jamais besoin de son Roi. Et, en atten­dant, besoin de l’Action fran­çaise pour le mon­trer et le démontrer.