“Vous voulez faire l’Europe ? Alors, faîtes un Roi !”. Partie 1 : Quand les juges européens servent les féodalités…

“Vous voulez faire l’Europe ? Alors, faîtes un Roi !”. Partie 1 : Quand les juges européens servent les féodalités…

Par Jean-Philippe Chauvin

Avec la décision du Tribunal de l’Union européenne qui donne raison à la transnationale Apple contre la Commission et qui invalide le remboursement de 13 milliards d’euros à l’Irlande (que cette dernière ne souhaite pas, au demeurant), la construction européenne vient de connaître un échec terrible mais sur lequel les médias n’ont malheureusement guère insisté, plus préoccupés en ce moment par la question du port du masque obligatoire dans les espaces clos en France. Et pourtant ! C’est en s’intéressant aux revers que les États et les peuples peuvent prévenir les risques du lendemain, et se prémunir contre ceux-ci, s’ils ne peuvent être évités. Loin de moi l’idée de plaindre la Commission de Bruxelles, mais, pour le coup, il serait plus que maladroit de se réjouir des malheurs d’icelle sur ce sujet épineux de la fiscalité en Europe, au-delà même de l’UE : «  la politique du pire est la pire des politiques  » disait Maurras qui, avouons-le, a pu parfois être infidèle à sa propre pensée en ce domaine.

« Double défaite », titre ainsi le quotidien La Croix dans son édition du jeudi 16 juillet, qui poursuit : « Défaite cuisante dans deux domaines. D’une part, la juste imposition des multinationales du numérique. D’autre part, la lutte contre la concurrence fiscale entre les États membres de l’Union. » Effectivement, cet échec politique de la Commission est un mauvais signal face aux géants de la toile, et en particulier face à ceux que l’on regroupe sous les vocables de GAFAM (entreprises états-uniennes : Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) et de BATX (entreprises chinoises : Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi), qui semblent organiser et orienter la mondialisation vers une forme de gouvernance numérique qui, en définitive, n’est absolument pas neutre et, même, extrêmement inquiétante par son aspect de plus en plus global et intrusif, voire « obligatoire », particulièrement depuis le Grand confinement du printemps 2020. Notre époque semble ainsi marquer le triomphe d’un « globalitarisme  » dont les royalistes d’Action Française ont été parmi les premiers à s’inquiéter après la dislocation du communisme européen, le communisme asiatique restant bien vivant, voire triomphant à travers la puissance chinoise, qui a su habilement évoluer d’un modèle totalitaire classique du temps de Mao Tsé Toung à un système globalitaire (que la Chine espère orienter à son profit) en définitive plus efficace pour tenir la société et intervenir sur la scène mondiale…

La suite