You are currently viewing Aux ori­gines de la ques­tion sociale en France. Par­tie 1 : Le royaume de France et la Monar­chie avant 1789.

Aux ori­gines de la ques­tion sociale en France. Par­tie 1 : Le royaume de France et la Monar­chie avant 1789.

Par Jean-Phi­lippe Chau­vin

Le Cercle Luté­tia a pour voca­tion de faire connaître les fon­de­ments et les rai­sons du roya­lisme et de la Monar­chie en France, et d’étudier ceux-ci, avec l’aide des tra­vaux et des réflexions menés sur la socié­té fran­çaise, ses évo­lu­tions et ses ins­ti­tu­tions, selon une pers­pec­tive his­to­rique mais aus­si et sur­tout poli­tique. Le texte ci-des­sous est la pre­mière par­tie d’un cercle d’études sur les ori­gines de la ques­tion sociale en France, et il doit être l’occasion de dis­cus­sions, de pré­ci­sions ulté­rieures et de cri­tiques construc­tives : il n’est donc qu’une ébauche, celle qui appelle à la for­mu­la­tion et à la rédac­tion d’une étude plus vaste et mieux construite sur cette ques­tion qui pré­oc­cupe tant nos contem­po­rains et à laquelle les roya­listes sociaux du Groupe d’Action Roya­liste consacrent aus­si tant de temps et d’énergie, dans leurs réunions et publi­ca­tions comme sur le ter­rain, dans la rue ou sur leur lieu de travail…

Lorsqu’on évoque la ques­tion sociale en France, on oublie sou­vent ses racines, ses ori­gines, son his­toire tout sim­ple­ment, et l’on se contente trop sou­vent de quelques idées reçues, confor­tant l’idée, lar­ge­ment fausse, que seule « la gauche » (1) s’y serait inté­res­sée et s’y inté­res­se­rait encore, comme une sorte d’avant-garde reven­di­quée des tra­vailleurs ou de la « classe ouvrière ». Mais il est tout à fait pos­sible, et encore plus convain­cant, de rétor­quer que la pre­mière men­tion de la « jus­tice sociale » est attri­buée au… roi Louis XVI, celui-là même qui va affron­ter la tem­pête révo­lu­tion­naire et, mal­heu­reu­se­ment, être empor­tée par elle, tout comme l’édifice social et cor­po­ra­tif qui, jusque là, consti­tuait un modèle ori­gi­nal et une alter­na­tive véri­table et tout à fait cré­dible au modèle anglo­saxon pas encore tota­le­ment domi­nant quand il avait, pour­tant, conquis déjà les esprits des nobles et des bour­geois éclai­rés, anglo­philes et libéraux.

La suite