La politique de M. Blanquer. Partie 1 : Une inquiétude chez les lycéens ?
|

La politique de M. Blanquer. Partie 1 : Une inquiétude chez les lycéens ?

Sous la neige, les pavés ? Les conditions climatiques de la semaine en cours d’achèvement ont, il est vrai, occulté nombre d’autres informations et quelques débats que, pourtant, il ne serait pas inutile d’ouvrir et de mener. Ainsi, celui sur le baccalauréat et sur les réformes en préparation, autant sur le lycée que sur l’entrée en université, en attendant ceux sur l’Université elle-même et sur le système et l’organisation de l’École au sens large du terme. Car si quelques entrées seulement de lycées ou d’amphithéâtres ont été bloquées ces jours derniers, il n’en est pas moins vrai qu’une partie des lycéens, peut-être pas si minime que cela, s’inquiète des conséquences d’un changement des « règles » du baccalauréat et d’une possible sélection à l’entrée de l’université : après tout, l’on peut entendre ces craintes sans céder à la facilité de hausser les épaules ou, au contraire, de hurler avec les loups d’une certaine extrémité politique, plus prompts à dénoncer qu’à proposer ou à fonder.

J’ai été longtemps étudiant et, en ces temps qui s’éloignent de plus en plus, j’ai pu observer de l’intérieur le fonctionnement de l’Université, non seulement en tant que simple auditeur mais aussi au sein de quelques Conseils (de gestion en Droit, d’administration à Rennes-2, d’UFR en département d’histoire), et il m’est arrivé de participer à nombre de débats, y compris dans des amphis surchauffés lors de mouvements estudiantins de contestation : j’en ai retiré l’impression que l’Université, petit monde passionnant et plein de contradictions, ne jouait pas forcément le rôle qui devrait être le sien, celui de « la recherche et la discussion », se contentant parfois du conformisme et de « l’émeute » dérisoire de quelques uns, brandissant le drapeau d’une révolution dont, pour la plupart, ils ne souhaitaient pas vraiment autre chose que l’apparence, bien plutôt que la réalisation… Bien sûr, il y avait des idéalistes, de vrais révolutionnaires, et nombre de jeunes, au moins pour quelques années, s’engageaient de bon cœur et de bonne foi (et ce dernier terme n’est pas de trop) dans des causes qui, parfois, peuvent faire sourire aujourd’hui. Il y eut des espérances certaines et le film-témoignage « Mourir à trente ans » nous le rappelle utilement, à travers l’histoire de Michel Recanati, ce militant d’une extrême-gauche qui voulait « faire la révolution » et, au-delà, la « vivre », passionnément. Je ne m’en moque pas, et je les prends même au sérieux, les ayant beaucoup combattues mais me reconnaissant une certaine nostalgie de ces confrontations de jeunesse…

La suite