Le Lys repousse sur les dalles de la banlieue

Le Lys repousse sur les dalles de la banlieue

Le Fils d’un Roi, de Cheyenne-Marie Carron, raconte comment deux lycéens deviennent royalistes.

Orpheline kabyle adoptée par une famille française chrétienne, Cheyenne-Marie Carron explore la société française depuis plusieurs films, avec un regard bien à elle  : L’Apôtre traitait de la conversion d’un jeune musulman, Jeunesse aux cœurs ardents relatait l’engagement dans la Légion étrangère d’un jeune gauchiste.

Sa dernière pellicule nous invite à nouveau dans l’univers de la banlieue. Elle met en scène l’amitié entre Kevin, un fils de prolétaire qui se débrouille vaille que vaille dans la brocante, et un jeune enfant d’émigrés, Elias, vivant chez sa mère, Marocaine de cœur et Française d’adoption.

Les deux protagonistes n’arrêtent pas de pédaler en vélo dans leur quartier, balades récurrentes qui rythment leur quête de vérité, rêvant de beauté et de grandeur en opposition avec un décor triste, dans lequel ils évoluent. Ces promenades sont marquées par des étapes, qui sont des réunions, des confrontations et des retrouvailles. Leur parcours n’est pas anecdotique, il appartient au récit épique : histoire de deux chevaliers en quête non pas du Graal, mais de la rencontre espérée avec un Roi ! Oh surprise ! Ils ne pédalent pas mais chevauchent des destriers pour entamer une nouvelle croisade.

La suite