Ladj Ly/Polanski : deux poids deux mesures

Ladj Ly/Polanski : deux poids deux mesures

Ne m’étant pas du tout inté­res­sé à la sor­tie du film Les Misé­rables, j’ignorais à peu près tout tant du conte­nu du film que de la per­son­na­li­té de son auteur et des condi­tions de sa réa­li­sa­tion. J’avais juste noté les spasmes d’admiration de la « gauche cultu­relle » et la com­mu­ni­ca­tion infan­tile du pré­sident de la répu­blique sor­tant de la pro­jec­tion. Rien de nature à ébran­ler mon indif­fé­rence. Certes le tom­be­reau d’injures déver­sées par le réa­li­sa­teur sur Eric Zem­mour et Zineb El Rha­zoui m’est tom­bé sous les yeux, mais à ce moment-là dans la petite France des belles âmes, ce n’était à leur sujet que les habi­tuelles sur­en­chères et appels à la cen­sure. Je ne peux non plus rien dire sur le film, ne l’ayant pas vu, mais ayant enten­du beau­coup de mes amis en louer les qua­li­tés.

Un « héros » très dis­cret

Et puis voi­là que la rou­tine des appels au boy­cott et des péti­tions incen­diaires contre Roman Polans­ki fut sou­dain trou­blée par le rap­pel d’un pas­sé délin­quant assez cor­sé du nou­veau héros de la diver­si­té. Avant de reve­nir sur le fond, on se per­met­tra d’ironiser un peu sur la façon dont cela s’est pas­sé. Un petit article publié dans Cau­seur et repris par Valeurs actuelles qui raconte une drôle d’histoire. Il y a une dizaine d’années Ladj Ly aurait par­ti­ci­pé à une équi­pée sau­vage en mode « crime d’honneur pour for­ni­ca­tion » au cours de laquelle un homme aurait été enle­vé, séques­tré, enfer­mé dans le coffre d’une voi­ture puis arro­sé d’essence et n’aurait dû son salut qu’à la fuite. L’histoire semble simple, un homme marié aurait osé avoir une rela­tion consen­tie avec la sœur majeure du chef du com­man­do. Après avoir cor­ri­gé sa sœur, le char­mant gar­çon aurait pen­sé indis­pen­sable de don­ner une leçon, disons cui­sante, à l’auteur de cette humi­lia­tion. Le lec­teur note­ra l’utilisation du condi­tion­nel car cette pré­sen­ta­tion est le fruit de la consul­ta­tion de la presse, et des quelques élé­ments dont on peut dis­po­ser aujourd’hui. Il est donc impos­sible de garan­tir la véra­ci­té de cette des­crip­tion dans tous ses détails. À la suite de cette équi­pée, les trois pro­ta­go­nistes ont fait l’objet d’une pro­cé­dure judi­ciaire ayant abou­ti à des condam­na­tions du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Bobi­gny. Il est clair que cette his­toire était de nature à bigre­ment écor­ner l’image du nou­veau héros des « quar­tiers ».

La suite