A la télé : Secrets d’Histoire : Thérèse, la petite sainte de Lisieux

A la télé : Secrets d’Histoire : Thérèse, la petite sainte de Lisieux


Par Guihlem de Tarlé

Secrets d’Histoire : Thérèse, la petite sainte de Lisieux, un film de Stéphane Bern

Deo gratias, « Messire Dieu, premier servi », comme le disait Ste Jeanne d’Arc, que j’ai plaisir à citer à l’occasion de ce film sur Ste Thérèse de Lisieux puisqu’elles sont, l’une et l’autre, « patronne secondaire de la France ».
Deo gratias, donc, et Merci aussi à France 3, à la Société Européenne de Production, à Jean-Louis Remilleux (Président du Conseil de surveillance) et au réalisateur Stéphane Bern de nous avoir gratifiés, le lundi 4 mai, d’un magnifique Secret d’Histoire : Thérèse, la petite sainte de Lisieux…
Oui, vraiment, un tel documentaire, en ces temps de pandémie et de confinement, nous rend Plus belle la vie, bien davantage que la série éponyme de cette même chaîne qui fait à longueur d’émission la promotion du libertarisme dans tous ses aspects.

« Que pourra-t-on dire de sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus après sa mort ? Elle n’a rien fait »… Cette réflexion d’une de ses consœurs carmélite, nous est venue « réactualisée » à la fin du film… Comment Stéphane Bern a-t-il pu nous intéresser deux heures durant avec cette religieuse qui « n’a rien fait » ?
J’avoue ne pas savoir répondre à cette question mais, pourtant, c’est ainsi !
Née en 1814 et morte de la tuberculose à 24 ans en 1897, « elle n’a rien fait », peut-être, mais elle a prié et elle a surtout écrit sur l’Amour. Saint Pie X a dit d’elle en 1914 : « c’est la plus grande sainte des temps modernes ». Pie XI la proclama « patronne des missions » en 1927 et St Jean-Paul II l’a nommée « Docteur de l’Église » en 1997.
Sans doute me faudrait-il lire son Histoire d’une âme pour m’initier à son mysticisme qui m’est totalement étranger. J’aime néanmoins sa définition de la mort qui est à la fois celle de la vertu d’Espérance : « Je ne meurs pas, j’entre dans la vie ».

Dans notre société qui se détourne de Dieu et de la Loi naturelle, qui subit le Covid 19 comme le Déluge au temps de Noé, comment ne pas évoquer Ste Thérèse qui voulait « passer (son) ciel à faire du bien sur la terre », persuadée, « comme (elle) n’a rien refusé au Seigneur sur la terre, (qu’)il ne pourra rien (lui) refuser dans le ciel ».

Encore Merci