You are currently viewing Anti­gone

Anti­gone

  • Post category:A la Une

Par Guil­hem de Tarlé

A l’affiche : Anti­gone, un film cana­dien de Sophie Deraspe, avec Nahé­ma Ric­ci, Hakim Bra­hi­mi, Rawad El-Zein, Nour Bel­khi­ria, Antoine Des­ro­chers (Anti­gone, ses frères, sa sœur, son ami) et Rachi­da Ous­saa­da (Méné­cée, sa grand-mère et tutrice). 

Anti­gone… ils sont tous là… Étéocle, Poly­nice, Ismène et Hémon… ou presque… puisqu’il s’agit d’une « adap­ta­tion libre » comme on le lit sur le géné­rique de fin… où j’ai décou­vert l’existence d’une Anti­gone de Ber­tolt Brecht… C’est vrai qu’on est bien loin de Sophocle ou d’Anouilh.

J’avais vu que le film était qué­bé­cois… et là encore les ancêtres du « petit bon­heur » ne s’appelaient évi­dem­ment pas de Souche…

Cette Anti­gone kaby­lo-qué­bé­coise res­semble-t-elle à la fille d’Œdipe ? Elle met l’esprit de famille et l’amour fra­ter­nel au-des­sus des lois des hommes et, après tout, les Etéocle et Poly­nice de Sophocle, qui s’entretuent pour le royaume de Thèbes, n’ont peut-être rien à envier à ceux du film. Il n’empêche… ces der­niers ne sont que petites frappes qui dealent…
Je ne par­tage donc pas l’esprit du film. Je ne mani­fes­te­rai pas pour la libé­ra­tion d’Anti­gone, et je ne met­trai pas plus mon genou à terre pour cet Étéocle algé­rien que pour Ada­ma Trao­ré, et George Floyd. 

Ce long-métrage n’en est pas moins très bon, que je n’hésite pas à recom­man­der, d’autant plus que la fin est réjouissante.

En outre, Anti­gone est pas mal…


PS : vous pou­vez retrou­ver ce « com­men­taire » et 500 autres sur mon blog Je ciné mate.